Le pivot d'Apple vers les services prends corps, avec l'arrivée de sa carte de crédit pour le grand public, mardi, et de son service de streaming vidéo, en novembre.

Depuis mardi, la carte de crédit en titane, à l'esthétique épurée chère à la marque - votre nom, une puce et la pomme d'Apple gravée - est disponible aux Etats-Unis pour le grand public.

Et l'agence Bloomberg a affirmé que Apple TV+, le service de streaming de la marque à la pomme, sera lancé en novembre.

Apple n'a pas donné suite aux demandes de l'AFP sur la date de lancement ou les détails de l'offre.

Annoncés fin mars, ces deux nouveaux produits font partie de l'arsenal qu'Apple est en train de fourbir pour arriver à se sevrer de l'iPhone, dont les ventes sont en baisse. Elles représentent maintenant moins de la moitié du chiffre d'affaires, contre un peu plus de 20% aux services.

Apple, qui a réalisé un chiffre d'affaires total de 265,6 milliards de dollars lors de l'exercice 2018 clos fin septembre, compte tirer 50 milliards de dollars de sa palette de services en 2020.

La carte de crédit, lancée en collaboration avec Goldman Sachs et Mastercard, se veut supérieure à ses concurrentes: plus sûre en offrant des codes à usage unique pour les achats en ligne et moins onéreuse (pas de frais annuels et un taux d'intérêt qu'Apple promet moins élevé).

Elle offre aussi - comme de nombreuses concurrentes - de reverser jusqu'à 3% sur chaque achat fait avec le portefeuille électronique associé à la carte physique. Ce dernier est aussi sensé aider le client à mieux gérer ses dépenses.

Et en ces temps de scandales à répétition sur l'utilisation indue des données privées, Apple promet une discrétion absolue.

L'entreprise elle-même ne saura rien des usages du clients et Goldman Sachs s'engage à ne jamais partager les données avec une tierce partie pour de la publicité ou du marketing.

La carte a été utilisée depuis le début du mois par un petit nombre de clients et, selon Jennifer Bailey, qui supervise Apple Pay, la réception a été "positive".

"TELEVISION RULES THE NATION"

Le grand bond dans la vidéo prend deux formes: un lifting de son application déjà existante Apple TV, qui permet d'accéder à d'autres plateformes ainsi qu'aux contenus à la pièce d'iTunes Store mais, surtout, un service de streaming sur abonnement donnant accès à des contenus originaux (films, séries, documentaires...) produits par Apple.

Lors de la présentation fin mars, Apple n'avait pas lésiné sur les stars pour dévoiler ce service: Steven Spielberg, Oprah Winfrey, Jason Momoa ou encore le duo Jennifer Aniston-Reese Witherspoon, qui sera à l'affiche d'une série titrée "The Morning Show".

Si le lancement d'Apple TV+ est confirmé, il se fera le même mois que Disney+, la plateforme de streaming du royaume de Mickey, qui doit être lancée le 12 novembre. Elle viendra dotée de tout le catalogue familial du numéro un mondial du divertissement pour affronter le numéro un mondial du streaming, Netflix, mais aussi Amazon ou encore l'offre de CBSViacom.

Selon des informations de Bloomberg, qui cite des sources anonymes, Apple pourrait proposer une période d'essai gratuite le temps d'étoffer son catalogue de productions originales, quand Amazon, Disney ou Netflix ont, eux, une offre extrêmement fournie.

Selon le Financial Times, Apple compte dépenser 6 milliards de dollars sur du contenu original, contre environ 14 milliards de dollars engagés cette année par Netflix.

Outre Apple Pay, Apple TV+, l'App Store, Apple Music et iCloud, le groupe de Cupertino veut aussi étoffer son offre de services en lançant Apple Arcade cet automne, un abonnement à des jeux vidéos. Il offre depuis fin mars Apple News+, un système d'abonnement unique, à 9,99 dollars par mois, qui permet d'accéder à plus de 300 titres, surtout de magazines