Condamné pour pour corruption de mineures, Christian Quesada tente de se faire entendre alors qu'il est retourné en prison.

L'affaire Christian Quesada n'a pas terminé de faire parler d'elle. En début de semaine, l'ancien champion de l'émission "Les 12 coups de Midi" a été arrêté et placé en détention au centre pénitentiaire de Perpignan suite au non-respect des conditions de sa liberté conditionnelle, relate Midi Libre. En effet, pour rappel, c'est en avril 2020 que Quesada a été condamné à 3 ans de prison pour corruption de mineures, détention et diffusion d’images pédopornographiques. Toutefois, en 2021, il a obtenu une libération conditionnelle. La suite de l'histoire est connue : pour non-respect des conditions de libération, retour en prison.

Bien décidé à donner sa version des faits, Christian Quesada a décidé de briser le silence en contactant un chroniquer de l'émission "Touche pas à mon poste". Ce chroniqueur du nom de Guillaume Genton a alors dévoilé des enregistrements audio où on entend l'ex-champion de TF1 s'exprimer sur les accusations qui pèsent contre lui. “Je ne suis pas un criminel, je suis un délinquant”, affirme-t-il dans l’enregistrement, avant de minimiser les faits qui lui sont reprochés : “Alors, il faut savoir que dans la justice française, un cliché pédopornographique, c'est une fille qui a moins de 18 ans et qui est en culotte ou en soutien-gorge. Donc oui, il y avait même plus que ça. Mais, pour l’inconscient collectif, ce qui est pédopornographique, ce sont vraiment des trucs, style, on met des enfants attachés. On est quand même très très très très très éloigné de ça.

Genton a souhaité directement le contredire : “Il ment, on a l’extrait du dossier de l’affaire qui stipule exactement ce qu’il y a dans les clés USB et les disques durs de Christian Quesada. On est très loin des clichés de jeunes filles de 17-18 ans”, a certifié le chroniqueur.

Le chroniqueur va même jusqu'à lister ensuite les noms des fichiers retrouvés dans son ordinateur portable ("Jessica10.avi, garçon de 11 ans complètement nu, sœur caresse son petit frère"), avant d'être coupé par Cyril Hanouna qui ne souhaite pas en entendre davantage.

Tout au long de l'audio, on entend également Quesada faire allusion à un témoignage d’une jeune victime. Ses propos ont particulièrement choqué les téléspectateurs. Mais également les personnes présentes en plateau : “Quand vous faites venir une personne, qui est... Je n’aime pas dire du mal des gens comme ça, mais qui n’est pas très équilibrée au niveau psychiatrique et qui annonce que j’étais en train de la violer, alors que cette personne porte plainte pour attouchement, ce qui est déjà très différent. Donc bien évidemment, comme il ne s’est rien passé avec elle, ni le moindre attouchement, ni quoi que ce soit, sa plainte a été déboutée”, affirme l'ex-champion.

"C'EST QUELQU'UN DE TRES DANGEREUX"

Après avoir entendu ces bouts d'enregistrement, Genton met en garde : “C’est quelqu’un de très dangereux”. Puis, il a rappelé : “Les faits sont immondes. Il y avait toute une manipulation, une emprise, des dialogues. On a découvert aussi cet après-midi qu’il avait des faux blogs, qui sont toujours en ligne d’ailleurs. Des blogs de fan de manga, très enfantin. Il se faisait passer encore pour une fille et il rentrait en contact avec des jeunes garçons et des jeunes filles.

Dans les audios, l'ex-champion de TF1 évoque sa relation à l'animateur du jeu qui l'a fait connaître, avec qui il a (dans le passé) noué un lien particulier. "Reichmann par exemple, qui est bien loin de ce que je pensais".

Pour terminer, Quesada a expliqué pourquoi il n'a jamais souhaité jusqu'ici faire de commentaire sur l'affaire. "Le problème si vous voulez, et vous savez très bien comment ça fonctionne, c'est que si je le fais - et de toute façon, je pense que je vais être obligé de le faire parce que la justice va me demander de rendre des comptes par rapport à ça -, eh bien, si je le fais, vous aurez toujours des personnes qui diront : 'Oh, mais le gars, voilà, il se pose en victime, il est en train de minimiser les faits !' Vous savez très bien que ça va être ça".