Amber Escudero-Kontostathis, 28 ans, se sent coupable d'avoir survécu à la foudre qui a tué trois autres personnes alors qu'elles s'abritaient de la pluie sous un arbre près de la Maison Blanche à Washington le 4 août.

Elle est la seule survivante de cet événement météorologique mortel qui a vu six éclairs frapper le groupe en moins d'une demi-seconde. La foudre a tué Brooks Lambertson, 29 ans et James et Donna Mueller, 76 et 75 ans. ces deux derniers visitaient la capitale pour leur 56e anniversaire de mariage.

Le groupe s'est caché sous un arbre pendant un orage d'été, qui a ensuite été frappé par un éclair et un coup de foudre qui ont été filmés. Amber, qui a subi des brûlures après que la foudre a traversé son corps, a révélé sa culpabilité d'avoir survécu dans une interview accordée à Good Morning America.

"Je ne sais pas pourquoi j'ai survécu. Je ne me sens pas bien d'être la seule survivante, ça, c'est sûr".

Elle a dit qu'elle attendait que son mari vienne la chercher pour qu'ils puissent fêter son anniversaire alors qu'elle faisait du porte-à-porte près de Lafayette Square pour une association. "J'ai été surprise d'apprendre que j'avais été frappée. Je ne l'ai pas vraiment compris au début."

Elle a dit qu'elle n'était pas préparée à réagir à un coup de foudre, se rappelant qu'elle pensait que se cacher sous un arbre était une bonne idée, car l'arbre "prendrait feu, et vous fuiriez le feu".

Mais Vito Maggiolo, porte-parole de DC Fire and EMS, a répété que ce n'était pas un plan sûr: "Les arbres ne sont pas des endroits sûrs. Si quelqu'un cherche à s'abriter sous un arbre, c'est un endroit très dangereux".

La "culpabilité du survivant" 

Bien que ses souvenirs de la journée soient brumeux, elle se rappelle avoir parlé à James et Donna Mueller, qui ont tous deux été tragiquement tués ce jour-là. "J'espère seulement que je ne les ai pas arrêtés pour leur parler", a confié Amber en larmes. "J'espère qu'ils n'étaient pas là à cause de moi".

L'employée de l'association caritative a déclaré qu'elle pensait que ses chaussures étaient peut-être à l'origine de sa survie, car il s'agissait de sandales à plateforme avec de larges semelles en caoutchouc.

"Elles ne m'ont certainement pas sauvé la vie. Mais je pense vraiment qu'elles ont contribué à une brûlure potentiellement moins importante."

Malgré tout, l'éclair a traversé le sol et a choqué son corps. Elle a été transportée d'urgence à l'hôpital dans un état critique, luttant pour respirer et souffrant de graves brûlures.

"Je suis morte et je suis revenue", dit-elle. "Je ne pense pas avoir eu de battements de cœur pendant un certain temps. Vous ne savez pas quand votre dernier jour peut arriver".

Elle a été placée sous respirateur à son arrivée à l'hôpital, mais sa mère a déclaré qu'elle s'était rétablie plus rapidement que prévu, malgré la gravité de ses blessures. La famille a ajouté qu'Amber est "très effrayée", qu'elle demande sans cesse ce qui lui est arrivé et qu'elle souffre de la "culpabilité du survivant".