"Seigneur Jésus, laisse-moi garder mes cheveux"

En marge de la promotion du film "Don't Look Up: Déni Cosmique", l'actrice américaine, Jennifer Lawrence, était interviewée par le magazine Vanity Fair. Lors de cet entretien, elle s'est confiée sur un évènement qui a marqué sa vie. En 2017, alors qu'elle terminait le tournage du film "Mother!", la jeune femme embarque à bord d'un avion privé depuis l'aéroport de Louisville dans le Kentucky. Une fois dans les airs, un grand bruit se fait entendre et deux hommes son appelés dans le cockpit. Elle apprend rapidement qu'un des moteurs de l'avion est en panne. Une situation qui conduit les pilotes à amorcer un atterrissage en urgence. "Mon squelette sera tout qui restera dans le siège", se dit alors la comédienne qui voit venir ses derniers instants.

Quelques instants plus tard, le deuxième moteur lâche. "Nous allions tous mourir", raconte Jennifer Lawrence. Pour elle, la fin semblait inévitable. Elle décide alors d'enregistrer des messages vocaux sur son smartphone pour sa famille. "J'ai eu une vie géniale, je suis désolée", aurait-elle déclaré. L'avion se rapprochant du sol, l'actrice aperçoit la piste d'atterrissage envahie de camions de pompiers et d'ambulances. "J’ai commencé à prier. Pas le Dieu spécifique avec lequel j'ai grandi, parce qu'il était terrifiant et je le trouvais très porté sur le jugement. Mais je me suis dit : "Oh, mon Dieu, peut-être qu'on va survivre à ça ? Je serai victime de brûlures, ce sera douloureux, mais peut-être que nous survivrons", poursuit-elle. Comme pour dédramatiser son récit, elle finit par faire une plaisanterie. "S’il te plaît, Seigneur Jésus, laisse-moi garder mes cheveux", imite-t-elle avec ironie. "Enveloppe-moi dans tes bras qui aiment les cheveux. Ne me laisse pas devenir chauve", explique-t-elle.

Ses prières ont été entendues. Tous les passagers sont sortis indemnes mais l'actrice a quelques difficultés à se remettre de ses émotions. Alors qu'elle devait reprendre un deuxième avion pour retourner à New-York et était toujours en état de choc, elle a du prendre une "très grosse pilule" et "plusieurs mini bouteilles de rhum". Une expérience qu'elle n'oubliera pas d'aussitôt. "Prendre l’avion est horrible et je dois le faire tout le temps", conclut-elle.