Rien ne l'arrête. Une fois de plus, Philippe Etchebest fait le buzz sur les réseaux sociaux, comme le relève le site de Femme Actuelle.

Le chef a été aperçu, déguisé en gendarme Cruchot, à l'entrée de son restaurant à Bordeaux. Un vrai remake du célèbre film "Un gendarme à Saint Tropez", interprété par Louis De Funès.

Accoutré de la sorte, il faisait mine les clients de son restaurant afin de s'assurer qu'il était en possession de leur pass sanitaire. Sur les réseaux sociaux, nombreux sont ceux qui s'amusent d'une telle initiative. "Mais qui m'empêchera de voter Etchebest en 2022", s'amuse un internaute.

Dans une interview donnée à BFM TV et reprise par de nombreux médias, le chef emblématique de l'émission Top Chef s'était énervé de l'extension soudaine du pass sanitaire. "C'est pas qu'on soit contre, en tout cas une grande partie, le pass sanitaire. Mais c'est la méthode. Ça va très vite. On n'a pas été concerté en amont, comme ça avait été le cas lors du premier déconfinement pour les mesures restrictives sanitaires. Donc là c'est assez brutal", avait-il déploré. Avant d'ajouter : "On se sert de nous, j'ai l'impression. On peut servir d'outil mais pas d'otage."

De son côté, le chef avait confié s'être fait vacciné pour "sa sécurité, pour celle des autres aussi et pour pouvoir enfin vivre ensemble".

Via le site internet de son restaurant, nous apprenons finalement que ce dernier a été contraint de fermer temporairement ses portes. "C’est avec tristesse et regret que nous vous informons de la fermeture de l’établissement pour quelques jours. Plusieurs cas de suspicions Covid ont été déclarés au sein du personnel", peut-on lire.

Le pass sanitaire, en vigueur depuis vendredi dernier dans les discothèques et bientôt dans les lieux culturels, sera étendu "début août" aux cafés, restaurants, centres commerciaux, ainsi qu'aux avions, trains, cars longs trajets et aux établissements médicaux. "Nous allons étendre au maximum le pass sanitaire pour pousser le maximum d'entre vous à aller vous faire vacciner", avait justifié Emmanuel Macron.