Visée par une enquête indépendante sur un climat de travail "toxique" au sein de son bureau, la gouverneure générale du Canada Julie Payette, représentante officielle de la reine Elizabeth II, a annoncé jeudi sa démission.

"Des tensions sont apparues à Rideau Hall (sa résidence officielle à Ottawa, ndlr) au cours des derniers mois et j'en suis désolée", a indiqué Julie Payette dans un communiqué.

"Bien qu'aucune plainte officielle ou grief officiel n'ait été formulé au cours de ce mandat (...), je prends toujours ces allégations très au sérieux", a-t-elle affirmé.

"J'ai présenté ma démission", a-t-elle annoncé après que plusieurs médias locaux ont rapporté jeudi que les conclusions de cette enquête ordonnée par le gouvernement étaient dévastatrices.

"Pour le bien de notre pays, pour l'intégrité de ma fonction vice-royale et de nos institutions démocratiques, je suis arrivée à la conclusion qu'un nouveau gouverneur général devrait être nommé", a indiqué Julie Payette.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a annoncé peu après avoir "reçu aujourd'hui la démission de la gouverneure générale du Canada".

"Tous les employés du gouvernement du Canada ont le droit de travailler dans un milieu sain et sécuritaire, et nous prendrons toujours cette question très au sérieux", a-t-il dit dans un communiqué.

C'est "une occasion de renouveler l'équipe de direction à Rideau Hall dans le but de répondre aux préoccupations concernant le milieu de travail que des employés ont soulevées pendant l'examen", a-t-il estimé.

L'intérim sera assuré par le juge en chef de la Cour suprême, Richard Wagner, a précisé M. Trudeau.

"Une recommandation concernant un remplaçant sera présentée à Sa Majesté la reine Elizabeth II et annoncée en temps voulu", a-t-il ajouté.

Le gouvernement avait ordonné en juillet l'enquête concernant des allégations de harcèlement visant Mme Payette.

Elle faisait suite à la publication par la chaîne CBC de témoignages anonymes dénonçant un "climat toxique" au sein du bureau de la gouverneure générale et l'accusant de "harcèlement" et de "violence verbale".

Julie Payette avait alors assuré qu'elle prenait "très au sérieux les questions de harcèlement en milieu de travail".

Ancienne astronaute, Mme Payette, 57 ans, avait été nommée par le Premier ministre Justin Trudeau, en juillet 2017, pour représenter Elizabeth II -- chef d'Etat en titre du Canada --, une fonction essentiellement protocolaire.

Elle était devenue la quatrième femme au Canada à représenter Elizabeth II.

Un parti d'opposition, le Bloc québécois (indépendantiste), a appelé le gouvernement à rendre public le rapport d'enquête, tout en soulignant que cette démission constituait une "belle occasion de remettre en question l'utilité d'une fonction dépassée et qui n'a pas sa place en démocratie".

Le gouverneur général est habituellement nommé pour cinq ans mais la durée de son mandat est à la discrétion de la reine d'Angleterre.

Conformément à la tradition, le successeur de Mme Payette, qui était francophone, devrait être anglophone.

Première Canadienne à monter à bord de la Station spatiale internationale en 1999, Julie Payette avait participé à deux vols orbitaux à bord des navettes spatiales Discovery et Endeavour, le dernier en 2009.