"Certains essayent de creuser un fossé entre les deux frères"

Selon les rumeurs, le prince Harry et le prince William seraient fâchés, tous les deux, depuis le départ de Harry et Meghan vers les États-Unis. Des milliers de kilomètres séparent Santa Barbara (où Harry vit dans une somptueuse villa), et Buckingham. Malgré la distances, les deux frères gardent toujours contact, et s'unissent même face à un scandale qui secoue actuellement la monarchie britannique.

L'interview scandale de 1995

En 1995, Lady Diana, la mère des deux princes, a donné une interview très polémique à la chaîne britannique BBC. Dans cette interview, la princesse dézingue la famille royale en évoquant les tromperies du prince Charles, son époux, et l'omniprésence de Camilla Parker Bowles, devenue sa femme après la mort de Diana. Les circonstances entourant l'obtention de cette interview sont remises en cause, 25 ans après sa diffusion.

La BBC a lancé une enquête sur cette interview. "L'enquête indépendante est un pas dans la bonne direction", a-t-il communiqué cette semaine. "Cela devrait aider à établir la vérité derrière les actions qui ont conduit à l'interview Panorama et les décisions ultérieures prises par ceux de la BBC à l'époque."

"Pas besoin d'une déclaration publique"

Le prince Harry, lui, n'a pas réagi à cette affaire. Les rumeurs sur les mésententes entre Harry et William ne font qu'enfler face au silence du cadet. Pourtant, une source proche du prince Harry révèle au site people Page Six, que le duc de Sussex n'en pense pas moins. "Harry reçoit des nouvelles régulières et est au courant de tout ce qui se passe", assure la source anonyme. "Vous n'avez pas besoin d'une déclaration publique pour imaginer ce qu'il ressent en privé. Les gens savent à quel point sa mère compte pour lui. Malheureusement certains ne voient pas seulement cela comme une recherche de la vérité, mais essaient également de l'utiliser comme une opportunité pour essayer de creuser un fossé entre les frères."

Le plus jeune frère semble donc préférer agir dans l'ombre, et laisser les déclarations officielles au prince William.