Chaque hiver de nouveaux virus qui attaquent notre résistance apparaissent.

Malgré une longue période de froid et d’obscurité nous continuons à vivre et travailler de manière intense. Notre organisme, qui fait face à la fatigue et au stress, peut avoir du mal à surmonter les mois d’hiver. Les enfants en pleine croissance et les personnes âgées sont encore plus susceptibles aux agents pathogènes.

Dans la nature aussi, les plantes sont continuellement exposées à toutes sortes de microbes et de conditions difficiles. Chaque plante produit des molécules spécifiques pour se protéger. Certains composants sont très appropriés pour augmenter notre résistance contre les microbes.

L’échinacée est l’une des plantes traditionnelles les plus utilisées pour augmenter la résistance contre les rhumes et la grippe. Cette plante raccourcit la durée de la maladie et réduit la gravité des symptômes. L’échinacée a un effet sur l’immunité innée et acquise. Elle agit à différents niveaux grâce à 3 ingrédients importants: l’échinacine (arabinogalactane), l’échinacoside (acide phénolique) et l’échinacéine (alkylamide).

Ces substances inhibent l’activité hyaluronidase des bactéries et stimulent la phagocytose, ainsi que la production d’anticorps, d’interféron et de properdine. L’échinacoside agit comme un acide phénolique, est bactériostatique, augmente la résistance (stimule la phagocytose) et est un antioxydant puissant. L’échinacée a un effet à large spectre sur un grand nombre de virus sans risque de résistance car le virus ne peut pas s’adapter aux centaines de substances actives présentes dans la plante.

Le sureau est l’une des plantes antivirales les plus connues. Le sirop de sureau de grand-mère a déjà servi à soulager de nombreux enfants de leur rhume et de leur grippe. Des études ont découvert pourquoi le sureau est si efficace. Les baies, les fleurs, l’écorce et les feuilles contiennent des lectines (SNA = Sambuxir Nigra Agglutine).

Ce sont des protéines collantes qui s’attachent aux récepteurs de sucre (piques) sur les membranes des virus et des bactéries, ce qui les rend mieux et plus rapidement reconnaissable par le système immunitaire et plus facile à éliminer par la phagocytose. Le sureau a un effet non spécifique sur tous les types de virus et optimalise la fonction immunitaire: sa précision, sa vitesse et son efficacité.