D’après l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), "les perturbateurs endocriniens sont des substances chimiques d’origine naturelle ou artificielle étrangères à l’organisme qui peuvent interférer avec le fonctionnement du système endocrinien et induire ainsi des effets néfastes sur cet organisme ou sur ses descendants."

Entre l’alimentation, les jouets, notre hygiène et l’entretien de la maison,  nous pouvons nous demander s’il est possible de limiter l'exposition des enfants (et la nôtre) aux perturbateurs endocriniens? La réponse est oui.

Les enfants sont les plus touchés 

De nombreuses analyses émanant de sources sérieuses attestent que les enfants ont leurs organismes imprégnés de polluants et qu’ils sont les premiers touchés. Tout simplement car ils ont de nombreux contacts avec des produits ou objets du quotidien et ont tendance à tout mettre à la bouche.

Les produits cosmétiques, d’entretien, les produits d’hygiène augmentent les niveaux d’imprégnation ainsi que les poussières domestiques dont les enfants, souvent à quatre pattes s’imprègnent malgré la volonté de leurs parents.

Comment éviter les perturbateurs au quotidien?

  • Manger bio (ou naturel) pour éviter les pesticides.
  • Préférer les conserves en verre à l’aluminium.
  • Les utilisateurs de micro-ondes doivent éviter de réchauffer leurs aliments dans un contenant en plastique (le verre est préférable).
  • Remplacer les poêles ou casseroles anti-adhésives par des ustensiles en céramique ou en inox.
  • Pour le ménage, utiliser des produits naturels: vinaigre blanc, bicarbonate de soude.
  • Éviter les insecticides dans la maison comme au jardin.

Où sont les perturbateurs endocriniens?

À la maison: enduits, peintures, dalles, tapis, moquettes, rideaux, coussins, mousses de canapé, de literie, poêles, casseroles avec revêtements anti-adhésifs, nappes et serviettes traitées anti-tâches, récipients en plastique, film étirable…

Dans la salle de bain: certains médicaments, certains savons, certaines crèmes, shampooings, couches, lingettes jetables…

Dans la chambre d’enfant: certains jouets en plastique.

Sur soi: vêtements neufs (il faut toujours laver les vêtements avant de les porter, cela vaut aussi pour les adultes).

*L’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), l’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale), Santé publique France, l’INRS (Institut national de recherche et de sécurité).