En plus de son job principal, Serge Garidel est responsable de la formation nationale et internationale, conseiller technique cynotechnique.

S'il travaille depuis 1988 à l’Institut Viti-Vinicole de Remich, Serge Garidel est aussi est responsable de la formation nationale et internationale, conseiller technique cynotechnique, chef de groupe et conducteur cynotechnique.

Serge a toujours eu la passion des chiens depuis tout petit et cette passion n’a fait que s’amplifier avec les années. Il considère ses chiens comme des co-équipiers. Depuis 1986, il n’a jamais compté le nombre d’interventions qu’il a menées à bien avec ses fidèles chiens.

Le maître-chien éduque son chien à la recherche de personnes disparues ou égarées et ensevelies. Les chiens de Serge Garidel ont tous été brevetés pour intervenir sur des lieux de catastrophes naturelles ou sur des missions d’enquêtes policières très diverses. Il a eu plusieurs chiens dans sa vie, Caroline, Léo, Tango, et actuellement Iarca. Ce sont tous des chiens sur lesquels il a pu compter.

Le comportement diffère entre les mâles et les femelles : les mâles sont plus fonceurs et les femelles plus réfléchies mais ils ont tous été des compagnons tout terrain et à toutes épreuves. Iarca, son chien actuel est une femelle mais il avoue sa préférence pour les mâles. Ce sont des compagnons qui l’ont accompagné par exemple en opérations tremblements de terre en Algérie (2003), au Maroc (2004), à Haïti (2010). En effet, Serge ne se contente pas de travailler seulement sur le territoire luxembourgeois et la Grande Région. Selon lui, "On sort grandi et satisfait de ce genre d’expériences. A Haïti, il a été éprouvant pour nous de ne retrouver que des personnes décédées."

La soif d’apprendre

Serge a énormément travaillé pour en arriver là où il est. Il a fait sa première formation de maître-chien à l’école nationale de formation de Briançon où il a obtenu le CYN1, diplôme de conducteur cynotechnique et a passé au fil du temps le CYN2, chef d’unité et CYN3, conseiller technique cynotechnique.

Depuis il en est à son quatrième chien breveté. Il a aussi été breveté au pistage opérationnel et a passé un brevet d’avalanche en Autriche. Il a bon nombre d’autres diplômes mais il ne se vante pas car ce n’est pas le diplôme qui fait la différence mais le savoir-faire.

Il a également énormément voyagé pour voir comment on travaillait ailleurs. Il a notamment beaucoup appris chez les pompiers français basés à Creutzwald et a travaillé avec eux durant de longues années où il a partagé leurs entrainements. Il faut noter qu’il a également travaillé et suivi des formations notamment en Allemagne, Slovénie, Italie, Autriche, Portugal… Cette année, il a envoyé des membres de son équipe faire un stage RPI (recherche de personnes immergées) dans le Finistère.

Ce métier qui est une véritable passion nécessite une excellente condition physique et une confiance absolue en son compagnon à 4 pattes. De plus, il faut être capable de s’intégrer dans une équipe et avoir envie d’apprendre, de se former en permanence afin de toujours être dans la progression. On n’a pas le droit à l’erreur!

Le groupe cynotechnique

Ce groupe basé au C.I.S., Centre d’Intervention et de Secours à Schengen est composé de plus de 34 membres hommes et femmes confondus avec environ 29 chiens dont 19 sont formés et brevetés et les autres sont des chiens stagiaires et des chiens en formation. Les membres sont tous pompiers et formés aux secours à personnes, certains sont pompiers professionnels et d’autres volontaires dans le groupe.

Le groupe dispose d’un terrain de décombres d’une superficie de +/-3000m2 qui a été créé en plus grande partie par Serge et des volontaires pour les entraînements avec les chiens. Il comprend une centaine de caches différentes. Si l’on cache une personne avec 10 hommes qui doivent la retrouver, ils pourront chercher longtemps et souvent sans succès. Un chien sera 10 fois plus rapide dans sa démarche et localisation.

Le groupe dispose également d’un terrain composé de 30 obstacles pour entraîner les chiens au cheminement et au franchissement. Les interventions peuvent être denses et variées et maîtres et chiens doivent y être préparés.

Les chiens

Les chiens de secours les plus appropriés selon Serge sont des chiens de gabarit moyen comme les bergers malinois, bergers allemands, labradors, border collie mais aussi les chiens croisés porte et fenêtre. Ils ne doivent être ni trop petits, ni trop grands mais plutôt d’un gabarit moyen. Ce qui fascine Serge chez le chien, ce sont ses capacités olfactives qui sont incroyables mais il précise bien que les aptitudes des chiens sont développées grâce à l’homme qui les forme. La prise en compte des aptitudes olfactives du chien a permis aux équipes de secours d’augmenter le taux de chance de retrouver plus rapidement des personnes incapables de répondre aux appels des sauveteurs ou de suivre l'itinéraire emprunté par une victime.

Serge nous confiait que "Mon chien est un véritable compagnon de travail sans qui rien ne serait possible ou tout serait bien plus compliqué en tous cas. J’ai confiance en mon chien, je crois en lui."