Dans le cimetière du XVIIe siècle de Pień, en Pologne, des chercheurs ont fait une étrange découverte: les restes d'une femme clouée au sol par une faucille au niveau de la gorge, avec le gros orteil du pied gauche cadenassé.

Une équipe de recherche de l'Institut d'archéologie de l'Université Nicolaus Copernicus de Toruń a découvert une tombe du XVIIe siècle à Pień près d'Ostromecko dans laquelle se trouvait le squelette d'une jeune femme qui avait apparemment été accusée d'être un vampire.

Les chercheurs ont découvert qu'une faucille était placée sur le cou de la femme et un cadenas sur le gros orteil de son pied gauche. Ainsi, ils ont supposé que ceux qui avaient enterré la femme, qui avait les dents de devant saillantes, avaient peur qu'elle soit un vampire. Elle aurait été enterrée de la sorte pour "l'empêcher de revenir d'entre les morts", indiquent les archéologues.

La femme a été enterrée avec un bonnet de soie sur la tête, ce qui était une denrée de luxe au XVIIe siècle, suggérant que la défunte avait un statut social élevé.

DES PRATIQUES ANTI-VAMPIRIQUES

Bien que les contes de vampirisme aient été popularisés dans la culture dominante en Europe occidentale à la suite de la publication de "The Vampyre" du Dr John Polidori en 1819, et plus tard de Dracula de Bram Stoker en 1897, les contes folkloriques d'Europe de l'Est sur les morts-vivants suceurs de sang étaient courants en Europe de l'Est.

Des sépultures antérieures ont été trouvées en Pologne montrant des coutumes anti-vampiriques, comme plusieurs squelettes aux têtes coupées déterrés à Cracovie, ou une sépulture à Kamie Pomorskie qui avait une brique enfoncée dans la bouche, cependant, c'est le premier exemple en Pologne d'un squelette avec le faucille positionnée sur le cou, pour l'empêcher de se transformer en vampire.