On l'oublie parfois, mais il n'y a pas que notre foie qui trinque avec l'alcool: notre cerveau aussi! Et durant certaines périodes de notre vie, c'est encore pire...

Vu l'ambiance très particulière de ces fêtes de fin d'année à la sauce Covid-19, l'alcool ne coulera peut-être pas autant à flot... (ou à l'inverse beaucoup trop, pour oublier.) Mais il faut rappeler la ritournelle: l'alcool est dangereux pour la santé et à consommer avec modération.

Or, il existe des périodes de notre vie où l'alcool est encore plus néfaste, et pas seulement pour notre foie, mais aussi pour notre cerveau. Une de ses périodes n'est pas directement liée à l'âge du consommateur : c'est bien évidemment lors de la grossesse. Comme le rapporte RTL.Fr,  selon une étude publiée dans le British Medical Journal (BMJ), "même une consommation modérée d'alcool pendant la grossesse est associée à une baisse des capacités cognitives et comportementales chez l'enfant".

Et puis il y a aussi la période de l'adolescence, de 15 à 19 ans. L'âge où on expérimente, l'âge des premiers excès... Mais l'âge où le cerveau se passerait bien d'un bain d'alcool! Car à cet âge, la consommation d'alcool peut entraîner "une réduction du volume néocortical" et donc "des déficits faibles à modérés des fonctions cognitives", expliquent les auteurs de l'étude.

Enfin, on sait que parfois, les personnes âgées ne sont pas les dernières pour "boire un ptit verre", mais rappelons qu'après 65 ans, la consommation excessive d'alcool est également dangereuse puisqu'elle augmente les risques de lésions cérébrales.