Tout l'été, RTL 5Minutes vous propose d'explorer le Luxembourg gourmand à la recherche de produits traditionnels ou originaux, à boire ou à manger. Zoom sur le Battor.

L'histoire de la création des produits est souvent une affaire de passion. C'est le cas avec Battor, le premier amer luxembourgeois créé par Carlo Wampach.

Parce qu'il remarque que les clients de son bar commandent régulièrement des bières ou du vin blanc avec de l'amer (le classique français qui commence par Pi et finit par con), Carlo a l'envie de créer sa propre marque.

Il y a bien des distillateurs dans sa famille, d'autres qui font du jus de pomme, alors pourquoi pas un amer. "J'ai beaucoup cherché la composition et les recettes quand par hasard, j'ai entendu parlé d'oranges amères", rembobine-t-il.

Également appelée bigarade l’orange amère, plus petite que l’orange douce. Sa peau est rugueuse, épaisse et teintée de vert.

Carlo Wampach laisse macérer ces oranges pendant huit semaines dans de l'alcool et est séduit par l'odeur et la saveur. Il peaufine alors la recette pour ajouter les marqueurs classiques de l'amer: la gentiane et l'écorce de quinquina ainsi que du caramel pour la couleur foncée.

Le procédé de fabrication comprend un premier alcool issu des oranges amères macérées, un deuxième alcool provenant de la distillation des oranges et encore celui où les épices ont macéré.

"On obtient un alcool à 70% que l'ont doit diluer dans une eau déminéralisée. On ajoute encore le sucre et le caramel et une petite touche luxembourgeois avec du jus de pomme de chez nous", détaille-t-il encore.

Quelque 10 à 12.000 bouteilles sont fabriquées par an.

Depuis quelques semaines, un autre apéritif a vu le jour: le Vermor: un vermouth doux réalisé à partir de vin luxembourgeois. Armoise, lavande, écorce de citron et sucre font partie des ingrédients qui macèrent pendant 10 jours dans l'Elbling avant d'être filtré. On le boit pur ou allongé au tonic ou au crémant.