Faire vivre les traditions gastronomiques luxembourgeoises dans un lieu jeune et décontracté, tel est le pari réussi de la bande du Le Duc.

Le nom choisi pour ce bistro est un premier indice: nommer son restaurant Le Duc quand on défend la tradition luxembourgeoise n'est évidemment pas anodin.

La carte affiche clairement la couleur grand-ducale avec une section de spécialités locales tout à fait éloquente: bouchée à la reine, wäinzoossiss (avec sauce moutarde, bien sûr), kniddelen et jambon-frites partagent la carte avec une pasta asciutta (le classique "bolo"), devenu il est vrai un standard luxembourgeois au fil des années d'immigration italienne.

Avant cela, on partagera volontiers une planche généreuse avec de bonnes charcuteries (jambons cru et cuit, terrine, porc en gelée, pâté au Riesling) et un excellent kachkéis.

La carte ne se cantonne pas à ces spécialités, mais explore aussi les classiques de bistros français (foie gras, saumon fumé, salades paysanne ou César), les viandes (bœuf Simmenthal, ribs ou poulet fermier), deux poisson et même un bowl vegan pour que tout le monde s'y retrouve.

Côté dessert, on ne résiste pas à la signature de Cathy Goedert pour son Snickers ou son Paris-Brest à moins de jouer la carte healthy pour une mangue et crumble coco végan et sans gluten.

Le tout est servi - évidemment - dans des assiettes "Vieux Luxembourgeois", le classique de Villeroy&Boch, avec de beaux couverts qui tiennent bien en main et des serviettes logotées très "hype".

Le service est aimable et souriant, avec un soin apporté aux tenues et aux détails (le pain, les sauces...). Le cadre, l'ancien Maybe not Bob's à Clausen - entièrement refait en un gris bleu un peu froid - s'amuse de tableaux anciens et de chaises de bistro.

La carte des vins est bien pensée avec quelques belles bouteilles de la Moselle luxembourgeoises - le Riesling Paradais d'Abi Duhr est chaudement recommandé - et des jolies trouvailles françaises et italiennes. Beaucoup de propositions au verre, y compris des grandes bouteilles comme cet Hermitage blanc de chez Jean-Louis Chave, OK à 16,50 euros le verre, mais au verre!

Même si on n'est qu'au début de l'aventure, on sent une équipe motivée et expérimentée qui a le sens du détail et du service.