Cela fait plus d'un siècle que les Allemands sont partis mais la métropole chinoise de Qingdao cultive toujours ses racines germaniques.

Cette fête de la bière se présente comme la plus grande d'Asie. Elle a accueilli plus de 6 millions de visiteurs l'an dernier en l'espace d'un mois.

Des participants à la fête de la bière de la ville chinoise de Qindao (Tsingtao), qui célèbre ainsi chaque été ses origines allemandes. Photo prise le 3 août 2019 / © AFP

Dans un décor de chalets préfabriqués de style bavarois, les serveurs accumulent entre leurs mains les chopes d'un litre à la mousse débordante, dans une cohue plutôt familiale et bon enfant à la nuit tombée.

"C'est très animé, nous sommes ensemble et l'ambiance est très bonne", se réjouit Guan Xin, une jeune femme de la région, occupée à vider sa chope en compagnie d'une amie.

Contrairement à l'Oktoberfest munichoise, on chercherait en vain à Qingdao des saucisses grillées -- la nourriture proposée est résolument de style local -- ainsi que des fanfares de musique bavaroise.

La station balnéaire de Qingdao n'est autre que le berceau de la Tsingtao (ancienne transcription du nom de la ville), l'une des bières les plus populaires de Chine et les plus exportées au monde.

L'empire allemand est resté à peine 16 ans à Qingdao, entre 1898 et 1914, lorsque le Japon s'est emparé de la ville au début de la première guerre mondiale. Sa restitution à Tokyo aux termes du traité de Versailles avait été à l'origine de manifestations étudiantes à Pékin en 1919, restées comme le premier mouvement populaire de contestation de l'histoire de la Chine.

Malgré ce lourd passé colonial, la ville cultive son patrimoine allemand, notamment un bel ensemble de villas balnéaires dans le quartier de Badaguan.