Ce 1er août, c'est la journée internationale de la frite belge. Une date importante pour la culture gastronomique du pays. D'autant plus que cette an

Belge? Française? D'où vient la frite? Quand a-t-elle été créée? Comment? Sur ces questions, ne cherchez pas de vérité historique. Il n'y a que des rumeurs, légendes ou batailles d'égo. "Qui détient la paternité de la pomme de terre frite?, écrit Etienne Moulron dans "Histoire passionnée de la frite". Nous ne le saurons probablement jamais. Il est en effet difficile d'imaginer qu'une seule personne à un moment précis de l'histoire ait eu l'idée de plonger des pommes de terre dans une bassine de graisse bouillante."

Résultat: Belges et Français ne cessent depuis des siècles de se disputer la paternité de ce mets ultra-populaire dans le monde entier. Cette année, l'entreprise de frites industrielle Lutosa a lancé une pétition sur les réseaux sociaux pour que l'appellation "French fries" deviennent "Belgian fries".

Pour cuisiner de vraies frites belges, il n'y a qu'une seule vraie recette selon Pascal, le gérant de la friterie "Chez Clem". "On prend une frite qui est fraîche donc la bintje. On la rince à l’eau. Une fois que la frite est précuite, on la sort et on la laisse refroidir. Par la suite, On va recuire la frite une deuxième fois", explique Pascal. Mais attention, il ne faut pas cuire vos frites dans n'importe quelle graisse. "Pour une vraie frite, le secret c’est la graisse de bœuf", confie le gérant. Pour garder le côté moelleux de la pomme de terre cuite, le diamètre a de l'importance. "Moi, j’utilise du 13 millimètres. C’est la frite la plus grosse", déclare Pascal.

"Même à l’étranger, il n’y a que les belges qui savent faire les frites"

Malgré le succès de sa friterie, Pascal reste très humble. "On dit que les français en savent pas faire les frites mais il suffit d’utiliser la bonne marchandise et ils auront le même résultat que nous", affirme-t-il. Du côté des clients, il n'y pas de doute, la frite belge est inégalable. "Vous pouvez faire toutes les imitations que vous voulez, elles seront toujours moins bonnes qu’en Belgique", affirme Alexandre, un des clients de "Chez Clem". "Même à l’étranger, il n’y a que les belges qui savent faire les frites", soutient Justine, une autre cliente.

Et enfin, lorsqu'on parle de frites il ne faut pas oublier une chose. "Un truc obligatoire c’est la sauce quand même. Une frite sans sauce c'est pas une frite", conclut Alexandre.