La police a interrompu une partie fine à Bruxelles, vendredi dernier, en pleine crise sanitaire. Un député européen est concerné.

Le député européen Jozsef Szajer, membre du Fidesz de Viktor Orban, a reconnu mardi avoir été interpellé vendredi à Bruxelles lors d'une festivité enfreignant les règles sanitaires, que le quotidien 'La Dernière Heure' a présentée comme une partouze. Il avait annoncé ce dimanche sa démission du Parlement européen, à la surprise générale.

"La presse belge parle d'une fête privée à Bruxelles vendredi dernier. J'y étais", a indiqué Jozsef Szajer dans un communiqué publié mardi. "Je n'ai pas consommé de drogue, j'ai proposé à la police sur place de faire un test de dépistage, mais ils ne l'ont pas fait. La police a déclaré qu'une pilule d'ecstasy avait été trouvée. Je n'ai rien à voir avec cette pilule, je ne sais pas qui l’a placé ni comment. J'ai fait une déclaration à la police à ce sujet. Je suis désolé d'avoir violé les règles de rassemblement, c'était irresponsable de ma part et j'assumerai les sanctions pour cela."

RTL

Une vingtaine de personnes verbalisées

Le parquet de Bruxelles a confirmé que la police, alertée pour tapage nocturne, avait verbalisé vendredi soir une vingtaine de personnes pour non-respect des règles sanitaires, au premier étage d'un immeuble au centre-ville de Bruxelles, comme l'avait dévoilé la Dernière Heure.

Le quotidien précisait qu'il s'agissait d'une partouze, à laquelle participaient notamment des diplomates et un député européen. Le parquet n'a pas souhaité faire de commentaires sur les circonstances de la soirée mais il a confirmé avoir interpellé un certain S.J. (1961).

Le parquet confirme pourtant avoir retrouvé des stupéfiants dans son sac à dos, après que l'intéressé eut tenté de fuir par une gouttière. L'élu a donc aussi été verbalisé pour drogue. L'eurodéputé, 59 ans, membre du Parti populaire européen (PPE, centre-droit), avait annoncé dimanche sa démission et son retrait de la vie politique pour raisons personnelles, à la surprise générale, en pleine crise entre l'UE et Budapest.

Plusieurs politiques menées en Hongrie par le parti nationaliste-conservateur Fidesz de Viktor Orban sont en effet combattues par les instances européennes pour leurs atteintes à l'Etat de droit. "Ma démission n'a rien à voir avec l'actuel débat politique animé au niveau européen. Dans ce débat, j'approuve et soutiens complètement la position du gouvernement hongrois", avait déclaré Jozsef Szajer dimanche encore. Pour justifier sa démission, il avait évoqué sa lassitude de la lutte politique, ajoutant avoir l'intention de poursuivre sa vie publique "dans un registre intellectuel de plus long terme".