Avec l'argent destiné aux entreprises frappées par le coronavirus, un américain en a profité pour se faire un "petit" plaisir et s'acheter une supercar. Une erreur qui risque de lui coûter bien plus cher.

David T.Hines pensait profiter de la crise sanitaire pour escroquer l'administration américaine. Mais il s'est brûlé les ailes en exhibant le fruit de sa fraude: une voiture de luxe.

Ce chef d’entreprise en Floride, âgé de 29 ans, avait bénéficié de trois prêts garantis par l'État pour une valeur avoisinant les 4 millions de dollars. Sa situation financière était alors peu enviable, avec un découvert bancaire de plus de 30.000 dollars, selon le Washington Post.

Moins d'une semaine après avoir reçu cet argent, il s'est offert le nouveau modèle de Lamborghini Huracán Evo, qui coûte près de 318 000 dollars, relate Le Figaro. Très fier de son achat, il déambulait dans les rues de Miami avec sa luxueuse supercar. Mais sa parade a pris fin lorsqu'il a été arrêté après un délit de fuite à bord de son bolide.

L'administration a jeté un oeil sur ses comptes et a vu rouge. Pour obtenir ce pactole, il avait effectué une demande d'aide pour sept entreprises différentes auprès d'une banque de Charlotte. Il affirmait diriger 70 employés, alors qu'aucune site internet actif ne correspondait à ces prétendus entreprises, et qu'il ne gagnait qu'une fraction de la somme déclarée.

Il est accusé de fraudes bancaires et fausses déclarations à une institution bancaire et risque jusqu'à 70 ans de prison. La police a saisi la voiture, ainsi que 3,4 millions de dollars qui avaient été placés sur différents comptes. Avec le reste de l'argent, le jeune homme s'était aussi offert des séjours dans des hôtels de Luxe à Miami, des vêtements et autres bijoux.