À deux heures de la frontière luxembourgeoise, à Bure, un centre de stockage de déchets radioactifs sera construit.

Durant la dernière session au parlement avant la pause d'été, les députés ont approuvé de manière unanime une motion des députés Kox, Negri et Hahn.

Il s'agit d'appeler le gouvernement à se réunir avec les partenaires de la Grande Région afin d'assurer que ce projet soit géré de manière transparente et en collaboration avec les voisins. Les autorités françaises devraient aussi respecter la législation environnementale dans ce contexte.

L'eurodéputé vert Claude Turmes avait déjà prévenu mardi qu'avec ce centre de stockage, la Lorraine deviendrait la poubelle radioactive de la France.

Le land de la Sarre s'est prononcé de manière encore plus véhémente contre le centre de stockage à Bure. Le parlement à Sarrebruck a appelé le gouvernement fédéral et surtout la ministre de l'Environnement Barbara Hendricks à intervenir auprès du gouvernement français pour faire comprendre qu'une nouvelle installation nucléaire dans cette région serait inacceptable.

Les commentaires de Claude Turmes du mardi

L'eurodéputé des Verts Claude Turmes est contre le stockage définitif de déchets hautement radioactifs à Bure en France.

Avec le vote de la loi Macron la semaine dernière, une loi dont les dispositions principales visent une amélioration de la croissance économique française mais nullement le secteur énergétique ou nucléaire, les députés français ont aussi approuvé un passage qui prévoit l'installation de ce centre de stockage à Bure, qui se trouve à deux heures à peine du Luxembourg.

Les travaux de construction commenceront en 2017 pour que les premiers déchets radioactifs puissent y être stockés dès 2025.

Selon Claude Turmes, la mafia de l'industrie nucléaire aurait fait passer le passage avec cette loi de manière inaperçue. L'eurodéputé luxembourgeois dénonce ce qui est pour lui "un scandale politique". Les Verts français considéreraient d'ailleurs des poursuites judiciaires pour s'attaquer à cette manière peu démocratique de faire passer une loi.

© Google Maps

La Lorraine deviendra ainsi la poubelle radioactive de la France, martèle Turmes. Aussi le parti allemand déi Lénk du parlement du land de la Sarre est d'avis que ce centre de stockage posera problème. Avec deux centrales nucléaires régulièrement en panne (Cattenom et Thiange) ainsi que le centre de stockage à Bure, cette région pourrait devenir le triangle radioactif le plus dangereux de l'Europe.

Claude Turmes / © RTL (archives)

Selon Turmes: "On veut vraiment y stocker les déchets les plus dangereux qui soient." D'un point de vue scientifique il serait impossible de prévoir les conséquences de cette stratégie qui consiste à creuser un trou, à y enterrer des déchets radioactifs et puis à fermer les yeux. "Les chercheurs disent que c'est énormément dangereux, car cela ne restera pas à cet endroit pour 4 ou 5 ans mais durant des siècles, et si jamais il y a une fuite, il y aura d'énormes problèmes."

Pour cette raison, les scientifiques conseillent de ne pas enterrer le matériel radioactif, mais de le stocker autrement jusqu'à ce qu'on sache comment s'en défaire de manière définitive et sûre.

"Puisque personne ne sait que faire avec les déchets radioactifs dangereux pour les contrôler, il faudrait absolument mettre à l'arrêt les centrales nucléaires, car avec chaque jour de fonctionnement, ces centrales - aussi celle de Cattenom - produisent plus de déchets radioactifs, et personne ne sait ce qu'il faut en faire."

Bure est encore beaucoup moins connu que Gorleben en Allemagne, un lieu de stockage de déchets radioactifs vivement critiqué en Allemagne. Mais ceci pourrait changer rapidement: "Gorleben", dit Claude Turmes, "est un mini centre de stockage comparé à ce que les Français prévoient de construire à Bure."