Le taux de risque de pauvreté a atteint 18,7% en 2017, selon le rapport sur le travail et la cohésion sociale, que vient de publier le Statec.

Ce taux a augmenté par rapport à l'année précédente. Selon la méthode de calcul utilisée, le taux de risque de pauvreté peut même dépasser les 21% et concerner plus de 126.000 personnes. Les jeunes sont les plus exposés au risque de pauvreté, et, selon le Statec, le risque diminue avec l’âge.

© Sam Bouchon / RTL Télé Lëtzebuerg

Sans surprise, le risque de pauvreté est trois fois plus élevé chez les personnes moins qualifiées que chez les diplômés. Les indépendants sont aussi plus concernés que les salariés et les fonctionnaires.

Dans ses calculs, le Statec prend pour référence le „seuil de pauvreté“, qui se situe au Luxembourg à 3.786 euros pour une famille avec deux enfants. Pour un célibataire, le seuil est à 1.803 euros.

Le coût du logement, c'est-à-dire le loyer ou le remboursement d’un emprunt immobilier, représente 42% du revenu disponible des ménages modestes.

Le Statec va faire parvenir son rapport de plus de 200 pages aux partis politiques, qui pourraient utiliser ces données quand il s'agira de mettre au point un nouvel accord de coalition, selon son directeur, Serge Allegrezza.

© Sam Bouchon / RTL Télé Lëtzebuerg