Souffrant d'un cancer, Claude Lammar, qui a travaillé de nombreuses années le long des routes au Kirchberg, a décidé de poursuivre les producteurs de glyphosate, qu'il estime responsables de sa maladie.

Aujourd'hui atteint d'un cancer, il a été licencié en 2015 après un arrêt maladie de 52 semaines. Il est convaincu que sa maladie a été causée par les herbicides, selon les propos de son avocat Jean-Jacques Schonckert.

La victime a déjà porté plainte pour licenciement alors qu'il était malade. Il voudrait également que sa maladie soit reconnue comme "maladie professionnelle". Une plainte a également déposée devant le juge d'instruction.

Sont visés l'ancien employeur de Claude Lammar ainsi que les fabricants des produits utilisés pendant sa carrière. Comment savoir si ces herbicides sont véritablement la cause de sa maladie ?

La victime dit avoir reçu des explications de son médecin concernant son cancer. Il s'agirait d'une souche qui ne touche que les jeunes en dessous de 35 ans. En cas de maladie à un âge plus élevé, ce sont des facteurs externes qui pourraient être en cause, comme des substances chimiques.

Une affaire qui dure déjà depuis trois ans et qui n'avance pas. Claude Lammar et son conseil espèrent que la condamnation aux États-Unis va insuffler un nouveau souffle à leur cas. Monsanto y a été condamné à verser près de 289 millions de dollars à un ancien concierge, qui avait utilisé du Roundup, l'herbicide de Monsanto, pendant plusieurs années avant de tomber malade.

© afp