Pour la rentrée, le ministère de l'Education va lancer, en collaboration avec Caritas, des classes de cinquième spéciales. Une convention a été signée la semaine dernière entre les deux partenaires.

Ces classes de cinquième particulières s'adressent aux réfugiés et à ceux qui viennent d'arriver au Luxembourg. Leur objectif est de rendre l'intégration plus rapide et plus efficace. Les cours se tiendront en allemand ou en français. L'accent sera mis sur les mathématiques, les compétences en matière digitale et l'éducation civique.

Ces classes de cinquième sont destinées à tous ceux qui ne sont plus en âge scolaire, donc qui ont plus de 16 ans. La limite d'âge supérieure est fixée à 27 ans.

PREPARER AU MARCHE DU TRAVAIL

Cette formation doit donner aux primo-arrivants la possibilité de se préparer à une formation professionnelle ou de retrouver le chemin de l'enseignement secondaire. Elle devra préparer les élèves au marché du travail. C'est pour cette raison qu'ils apprendront d'abord le français, mais la langue luxembourgeoise ne sera pas pour autant oubliée. Ils apprendront aussi notre culture, par exemple qu'hommes et femmes sont traités sur un pied d'égalité.

APPROCHE INDIVIDUELLE

La grande différence avec le système éducatif tel qu'on le connaît est l'approche individuelle, explique Marie-Josée Jacobs, la présidente de Caritas. Il s'agira de déterminer les compétences de chacun . Il ne sera pas question que tous les élèves aient à connaître telles et telles choses. Chaque élève fera l'objet d'une approche individuelle afin de déterminer de quelle manière travailler avec lui. Il n'y aura donc pas non plus de système d'évaluation avec des points, comme habituellement au lycée.

Ce n'est pas sans raison que ces classes sont qualifiées de classes de cinquième. La troisième année de lycée joue un rôle élémentaire dans le développement et la formation des élèves traditionnels. Marie-Josée Jacobs parle par expérience d'une situation optimale : si c'est gens peuvent plus tard exercer une profession, ce sera bon pour eux, mais aussi pour le Luxembourg.

ENCADREMENT DES REFUGIES PLUS DU SEUL RESSORT DES ORGANISATIONS CARITATIVES

La convention entre le ministère et Caritas est un élément important, selon la présidente de la fondation, car l'encadrement des réfugiés est ainsi intégré dans le système éducatif et n'est plus du seul ressort des organisations caritatives.