En chiffres absolus, l'Allemagne et la Suède restent les pays de l'UE à avoir accueilli le plus de réfugiés. Mais par tête, le Luxembourg est bien classé lui aussi.

En Allemagne, le débat sur les réfugiés continue de faire des vagues, alors que les nouvelles arrivées ont fortement diminué depuis 2015. Qu’en est-il de la situation au Luxembourg? C’est cette question parlementaire que la député Sam Tanson a posé au ministre aux Affaires étrangères Jean Asselborn.

Depuis la nouvelle loi sur l’asile qui date de 2016, plus de 5.000 demandes d’asile ont été introduites au Luxembourg. La plupart des demandeurs viennent de l’Afghanistan, de l’Iraq et de la Syrie. Seulement une minorité d’entre eux avaient choisi le Grand-Duché comme destination. L’Allemagne et la Suède restent les pays avec le plus de réfugiés, mais par tête, le Luxembourg a accueilli plus de sept fois le nombre de réfugiés absorbés par l’Allemagne: le pays compte 430 réfugiés pour 602.000 habitants.

MOINS DE DOSSIERS À TRAITER QU'EN 2015

Quand la crise des réfugiés était à son comble en 2015, la durée de traitement des demandes s’est rallongée jusqu’à 21 mois, les autorités étaient dépassées par le surcroît d’arrivées. Ce laps de temps est redescendu à sept mois et demi depuis. Le pays s'est également doté de nouveaux foyers pour accueillir les personnes concernées, y compris un foyer d’urgence à Kirchberg.

Celui-ci héberge pour la plupart des hommes qui ont commencé leur procédure d’asile dans un autre pays de l’UE et devront y retourner. Sur les 60 personnes que ce foyer peut héberger, 64% ont disparu depuis avril 2017, note Jean Asselborn.

Si les autorités ne savent pas où ces personnes “disparues” se trouvent, il semble probable qu’elles n’aient pas voulu retourner dans le pays où ils ont commencé leur procédure. Or, en fin de compte, beaucoup d’eux finissent par retourner dans le pays en charge de leur dossier.