Mercredi à la mi-journée, 14 membres de la plateforme "Meng Landwirtschaft“ ont manifesté pour la fin du glyphosate devant le ministère de l'Agriculture.

Le petit groupe de manifestants opposés au glyphosate s'était réuni devant le ministère de l'Agriculture, où on peut dire qu'ils ont été accueillis à bras ouverts.

"Une sorte de piquet de protestation pour me soutenir et soutenir ma position, c'est une chose que je n'avais jamais eu sous cette forme", a souligné Fernand Etgen

Le ministre de l'Agriculture ne veut cependant pas parler d'une sortie du glyphosate du jour au lendemain : "Notre conviction est que la fin du glyphosate est enclenchée et que nous avons besoin d'une phase de transition pour y préparer la profession et pour élaborer une stratégie de sortie."

Si on n'avance pas vraiment dans le dossier, c'est la faute de l'Union européenne. Le 27 novembre, une décision devrait être prise sur une prolongation de 5 ans de l'autorisation de ce pesticide, mais les pays européens sont loin d'être d'accord. "Pour certains pays, le délai de 5 ans est trop long, pour d'autres, il est trop court. De sorte que je ne pense pas que nous aurons une majorité absolue ; la balle sera alors dans le camp de la Commission", a expliqué Fernand Etgen.

Raymond Aandekerk, de la plateforme "Meng Landwirtschaft" s'est satisfait des explications du ministre, mais non sans ajouter : "Nous espérons que les ministres continueront d'insister sur le fait que le glyphosate doit définitivement disparaître. Si une prolongation devait être discutée, elle ne devrait avoir lieu que sous conditions. Ce n'est pas notre plus grand problème. Mais ensuite, cela doit être la fin du glyphosate."
"Nous ne serons définitivement satisfaits que quand le glyphosate aura disparu des champs, même si c'est seulement dans 3-4 ans. Nous avons déjà suffisamment perdu de temps sans qu'il n'arrive quoi que ce soit", a-t-il conclu.

RTL