27.494 étudiants se sont vu verser une aide financière par l'État pour l'année scolaire 2016/2017.

Il n'y a eu que 3.050 demandes de refusées.

L'État a donc en tout déboursé 111,1 millions d'euros pour venir en aide aux étudiants: la majorité du montent est revenue aux résidents luxembourgeois (87.4 millions), et presque 24 millions ont été versés aux non-résidents, c'est-à-dire les frontaliers.

Le gouvernement a dépense 15 millions d'euros de plus que l'année précédente, suite aux adaptations de la bourse sociale et de la bourse relative à la mobilité, comme l’explique le ministre de tutelle Marc Hansen.

La bourse relative à la mobilité été augmentée de 22,2% après un accord passé avec l'ACEL (représentation des étudiants). Cette bourse, qui dépend des critères sociaux, a même été augmentée de 26%.

En ce qui concerne les prêts étudiants, l'État a accordé 190,7 millions d'euros en guise de garantie. Cela dit, le ministre de l'Enseignement supérieur Marc Hansen ne peut pas encore dire quel montant a réellement été pris en considération par l'ensemble des étudiants concernés. Au ministère, l’estimation tournerait aux alentours de 50-60 millions d'euros.

Parmi les 18.156 étudiants ayant bénéficié d’une bourse, 53% étaient de sexe féminin. Au niveau des nationalités, les Luxembourgeois étaient majoritaires en ce qui concerne les aides financières. Chez les non-résidents, ce sont les Français qui pointent à la première place, avec 12.6 millions d'euros de bourses leur ayant été versés. Cela dit, ce sont les étudiants qui sont inscrits à la fac en Allemagne qui se sont vu verser la plus grosse part du gâteau, financièrement parlant.