Suite à l'accusation de corruption du gardien de but du F91 Dudelange par Flavio Becca, le club Fola Esch est désormais visé.

Il se peut qu'il y ait un cas de corruption dans le football luxembourgeois. Ces informations proviennent d'une plainte dont nous avons pu obtenir une copie.

IKODOMOS Holding a informé la FLF et déposé plainte parce que le gardien de but du F91, Jonathan Joubert, aurait obtenu une remise illégale sur un appartement. Il aurait payé 405 010,10 euros au lieu des 450'000 euros affichés comme prix de vente officiel pour un appartement à Dudelange. La société ayant vendu l'appartement, TRIVOLA, appartient à PROMOBE, une société contrôlée par Flavio Becca.

© www.cdclux.com

La lettre envoyée par une étude d'avocats à la FLF indique que Jonathan Joubert aurait obtenu ce cadeau pour qu'il prolonge son contrat de gardien de but auprès du F91 Dudelange sur trois ans. Le plus grand parrain du F91 Dudelange est - via diverses entreprises - Flavio Becca. Il s'agirait ainsi de corruption active et passive et d'infractions des règles de la FLF et de la FIFA.

La lettre est notamment signée par Eric Lux, administrateur d'IKODOMOS. C'est là que cela devient intéressant à cause des personnes impliquées. IKODOMOS est actionnaire à 34% dans TRIVOLA, dont 50% appartiennent à PROMOBE FINANCE, une entreprise contrôlée par Flavio Becca, qui est aussi administrateur-délégué de TRIVOLA. La lettre indique clairement que TRIVOLA aurait vendu le 20 avril 2012 cet appartement à Jonathan Joubert. L'acte de vente aurait été signé par Flavio Becca, avec la fameuse réduction de 44 000 euros.

Pour la raison suivante:

"Les soussignées ont récemment pu apprendre que le sieur Flavio BECCA a vendu au sieur JOUBERT l'appertement en question à ce prix fortement réduit, inférieur aux prix de leste de réservation, et fortement inférieur aux prix pratiqués, à l'époque, pour le résidentiel neuf à Dudelange, en contrepartie de la signature par le sieur JOUBERT d'une prolongation pour 3 années de son contrat avec le club de football F91, dont lui, Flavio BECCA, est le sponsor principal par les biais de PROMOBE, de LAVAZZA et de QUICK."

Becca aurait donc vendu cet appartement à un prix inférieur aux normes et au détriment de son entreprise TRIVOLA, pour favoriser ses autres entreprises, notamment PROMOBE, EUROPOINT et HAPPY QUICK, qui sponsorisent le club F91.

Une plainte pénale aurait été déposée auprès du procureur, vu que Joubert aurait reçu un cadeau pour sa signature.  Cette "remise" constitue aussi une infraction des règles de la FLF et de la FIFA.

Même si Jonathan Joubert est au centre de cette affaire, il s'agit évidemment d'un nouveau chapitre dans le combat juridique qui oppose depuis quelques temps les anciens associés Eric Lux et Flavio Becca. Ils se disputent dans le contexte de la bonne gestion - et de l'utilisation des fonds - des sociétés qui leurs appartenaient.

Cela n'a rien à voir avec le football

Voilà ce qu'a annoncé le vice-président de la FLF Jean-Jacques Schonckert en réaction à cette annonce.

Énervé, il a confirmé que la FLF avait reçu ladite lettre tout en insistant sur le fait qu'il s'agit d'un litige privé qui n'aurait rien à voir avec les règles du football. Il s'agirait là d'une dispute privée qui se servirait de Joubert comme d'un pion sans que celui-ci n'ait commis de faute.

Réaction de l'avocat de Becca

Selon l'avocat de Flavio Becca, les accusations dans la plainte ne correspondraient pas à la réalité. Il s'agirait simplement d'une dispute qu'il faudrait voir dans le contexte du conflit entre Flavio Becca et Eric Lux.

Ils étaient et sont toujours des partenaires d'affaires qui n'arrivent pas à se séparer et qui se font procès sur procès l'un à l'autre. Ils travailleraient ensemble dans le cadre d'entreprises comme Olos Fund, Kurt Constructions, Gravity Mangement et Trivola – cette dernière entreprise étant celle qui a vendu l'appartement à Joubert.

Eric Lux devrait bientôt se retrouver en correctionnelle à cause de ce nouveau conflit, selon l'avocat de Becca, Me Pol Urbany. Il s'agirait de mensonges. La vente de l'appartement aurait été une simple vente privée absolument normale. Point final.

Luxembourg, 18 juin 2015

Nouvelle plainte de Eric LUX; Flavio BECCA réagit

Suite aux diverses publications dans la presse relatant une plainte lancée par Eric LUX contre Flavio BECCA pour de prétendus "abus de bien sociaux" voire même pour "corruption", Monsieur BECCA a décidé de lancer une citation directe devant la chambre correctionnelle contre Eric LUX et sa société pour calomnie et diffamation.

Flavio BECCA souligne que l'affirmation de Eric LUX comme quoi le gardien de but du F91 DUDELANGE aurait pu acquérir un appartement à un prix de faveur et que de ce fait la société TRIVOLA aurait subi une perte est une histoire mensongère construite de toutes pièces, diffusé avec l'intention de nuire à la réputation de la famille BECCA.

La vente a été faite suivant les règles de l'art et comme chacun sait, un prix annoncé en début de la mise sur le marché n'est pas à confondre avec le prix finalement négocié. Dans le présent cas, le gardien de but a pu acquérir l'appartement en état de futur achèvement uniquement parce que l'acheteur initial s'est désisté en dernière minute de sa réservation et qu'il fallait trouver un nouvel acquéreur. Le prix payé, librement négocié, est, sommes toutes, de quelque 3% moins élevé que le prix annoncé au début de la mise en vente, hors frais d'agence. Il s'agit d'un prix adéquat conforme aux prix du marché.

Les reproches d'Eric LUX sont donc aberrants et ne constituent qu'une nouvelle attaque dans une affaire où Eric LUX essaye à tout bout de champ de salir l'image de son associé dans OLOS. Le but poursuivi est celui d'amener Flavio BECCA, avec des calomnies, menaces et des intimidations de toutes sortes, à négocier une sortie de LUX qui soit démesurément bénéfique à ce dernier.

Flavio BECCA, jusqu'à présent très patient avec les dérives de son ancien ami Eric LUX, en a définitivement ras-le-bol de ce cirque ignoble et va à présent réagir rigoureusement aux campagnes mensongères orchestrées par LUX à l'encontre de la famille BECCA.

Blanchiment chez Fola Esch?

La chaîne radio 100,7 a parlé vendredi matin d'abus de biens sociaux et de blanchiment chez le Fola Esch, dont le président est Gerard Lopez. L'accusation repose sur un don suspect de deux millions d'euros, fait à l'écurie de Formule 1 de Gerard Lopez et Eric Lux, par le club de foot eschois.

Le club récuse les "accusations" de vendredi matin dans un communiqué officiel:

Concerne : Baitrag iwert Verdacht op Blanchiment op 100komma 7

Face à cet article le CS FOLA prend position comme suit. 

Le CS FOLA s’étonne en premier lieu que des données confidentielles et inhérentes à la Commission de contrôle de la licence UEFA de la FLF aient été rendues publiques.

Le CS FOLA dénoncera cette violation de la confidentialité au Conseil d’administration de la FLF et exigera l’institution d’une enquête interne pour confondre le ou les responsables.

Le CS FOLA s’étonne encore de ce qu’une dénonciation ait été faite par la Commission de l’Octroi des Licences UEFA à la Cellule de Renseignement financier du Parquet, alors que justement cette Commission a accordé la licence UEFA au CS FOLA.

La commission s’est limitée à recommander au CS FOLA certaines améliorations au niveau des techniques comptables.

Tous les dons et sponsoring se font au CS FOLA par des virements bancaires et toutes les opérations ont donc fait l’objet d’un contrôle par la Commission de contrôle du secteur financier de sorte qu’aucune irrégularité comptable voir même pénale ne pourra être décelée.

Aucune opération bancaire n’a été rejetée pour suspicion de blanchiment d’argent ou autre et toutes les opérations se font en toute transparence le CS FOLA étant une entité auditée par Price Water House Coopers.

Il est formellement contesté que le CS FOLA ait versé le montant de 2.000.000,- euros à Messieurs LOPEZ et LUX !

Si des virements ont été faits à Monsieur Gérard LOPEZ il s’agit de remboursements de crédits qu’il avait consentis au CS FOLA.

Le CS FOLA est parfaitement conscient du rôle préimminent que joue son Président Gérard LOPEZ dans son organisation et son financement.

Raison pour laquelle différents contrats ont été conclus avec des sociétés nationales et internationales pour aider à diversifier les sources de revenus du club.

Les « révélations » de 100komma 7 ne sont que le fruit de l’amertume du mécène de notre plus grand rival sportif manifestement aigri par la défaite.

Pour le Conseil d’administration du CS FOLA.

Pim KNAFF

Vice-président