L'Asti souhaiterait que tous les résidents puissent participer aux élections sous les mêmes conditions.

L'Asti, l'Association de soutien aux travailleurs immigrés, organisait mardi matin une conférence de presse sur le nouvel accord de coalition. Selon elle, les questions autour de l'immigration n'y sont traitées que de manière marginale. Une seule page sur 235 a été consacrée à ce thème. La possibilité pour les non-Luxembourgeois de participer aux décisions qui concernent le pays, ne fait toujours pas vraiment débat, regrette l'Asti. S'il est bien question dans l'accord d'un déficit démocratique, aucune mesure concrète n'est proposée.

L'Asti s'engage pour que tous les résidents puissent participer aux élections sous les mêmes conditions. Dans ce programme de gouvernement, l'association n'a pas trouvé trace non plus de mesures en faveur de la lutte contre les discriminations, le racisme et la xénophobie, déplore le porte-parole de l'asbl, Sérgio Ferreira.

Laura Zuccoli / © Didier Weber / RTL Télé Lëtzebuerg

Autre point important complètement absent de l'accord, selon la présidente de l'Asti, Laura Zuccoli : on n'y parle absolument pas des frontaliers, alors qu'il en arrive de plus en plus au Luxembourg. Ils représentent 48% de notre force de travail. Il faudrait commencer à se préoccuper de ces chiffres, et pas seulement quand il y a des embouteillages sur nos routes. Ils contribuent aussi à la richesse du pays via leurs impôts, a ajouté Laura Zuccoli.

L'Asti a en revanche salué la politique d'immigration du nouveau gouvernement. Le programme retient l'importance de l'immigration pour l'économie du pays. Autre élément positif : les personnes ayant le statut de réfugié peuvent regrouper leur famille. Mais l'Asti se fait du souci pour le budget de plusieurs projets en faveur de l'intégration des réfugiés. Le financement de l'OEuvre Grande-Duchesse Charlotte s'épuise sans que l'Etat n'ait fait une nouvelle évaluation, d'après Laura Zuccoli.

© Didier Weber / RTL Télé Lëtzebuerg