Lundi marque le début de la semaine européenne de la vaccination. Les autorités entendent la remettre au goût du jour.

Cette semaine est une occasion de mieux informer la population sur les vaccins. À travers le monde, 20 millions d'enfants ne sont pas vaccinés selon les recommandations. Le parlement européen vient d'approuver une résolution pour augmenter les quotas de vaccination dans les pays de l'Union.

Au Luxembourg, plus de 82% des enfants ont reçu les 13 vaccins recommandés dans leurs deux premières années de vie, y compris celui contre la variole, la rubéole, et les hépatites. La plupart de la population fait donc confiance aux vaccins.

UNE LONGUE HISTOIRE DE SUCCÈS

Les vaccins sont un moyen efficace de se protéger contre certaines maladies infectieuses graves, et le ministère de la Santé souligne que c'est grâce à eux que "la variole a été éradiquée de la planète. La poliomyélite a disparu d’Europe occidentale, et plusieurs maladies graves, comme la diphtérie et le tétanos, ont quasiment disparu de nos régions". Or, pour assurer la santé publique, se faire vacciner n'est pas seulement un droit individuel, mais une responsabilité collective: celui qui est vacciné contre une maladie ne peut pas la transmettre à d'autres non plus.

Entre 2008 et 2015, 215.000 cas de maladie ont pu être évités en Europe grâce aux vaccins. À l'échelle mondiale, 2,5 millions de décès sont évités avec l'aide de cet instrument préventif.