Le nucléaire français ne s'en sort pas : en cette fin du mois d'octobre 2017, plus de la moitié des réacteurs ne sont pas en service.

C'est le constat dressé par un article de Reporterre. Le site a recensé l'état de fonctionnement des 58 réacteurs éparpillés sur le sol français. Et il ressort qu'une bonne partie d'entre eux est soit en panne, soit à l'arrêt.

En tout, trois centrales sont complètement à l'arrêt, onze compte au moins un réacteur hors service et seulement cinq fonctionnent au maximum de leurs capacités.

Certains réacteurs sont arrêtés pour une maintenance ou un changement de combustible, des opérations régulières et tout à fait normales. D'autres, en revanche, ont dû faire face à des imprévus lors des entretiens décennales, à des anomalies détectées sur certaines pièces.

ET PRÈS DU LUXEMBOURG ?

Les quatre réacteurs de Cattenom, distants d'environ 10 km du territoire luxembourgeois, sont en fonctionnement. Le site a été le théâtre d'une action coup de poing de Greenpeace, qui avait réussi à s'introduire près d'une piscine de recyclage et a tiré un feu d'artifice.

Ce n'est pas le cas des deux autres centrales du Grand Est : les deux réacteurs de Fessenheim sont à l'arrêt, tout comme les deux de Chooz, à la frontière belge.

Pour aller plus loin : La France et "les pays frontaliers" sont concernés par le risque nucléaire selon Greenpeace