Au Tomorrow Street Innovation Center, des start-up déjà bien implantées, pourront continuer à développer leurs relations vers l'international.

Le Luxembourg est une nation de start-up. De plus en plus d'initiatives sont prises pour attirer de jeunes entreprises. La dernière en date a été inaugurée mardi. Au „Tomorrow Street Innovation Center“ installé dans le bâtiment Pixel au Kirchberg, les start-up qui disposent déjà d'une certaine maturité vont être aidées dans le développement de leurs relations extérieures. Les cibles visées sont les entreprises qui ont déjà un produit et une clientèle, mais qui souhaitent se globaliser.

Cette initiative est soutenue par le gouvernement et Vodafone en collaboration avec le Technoport. L'Etat va y investir quelques 6 millions d'euros, ce qui représente la moitié de l'investissement global. Mais tout cela peut être considéré comme une opération win-win, pas seulement avec la création d'une centaine d'emplois, dit le ministre de l'Economie, Etienne Schneider, mais l'Etat aura aussi fort à gagner avec les start-up qui s'installeront dans le bâtiment Pixel.

Dans cet immeuble situé rue Edward Steichen, le 4e étage est entièrement prévu pour accueillir jusqu'à 16 start-up. La période durant laquelle les entreprises pourront rester dans les locaux, est toutefois limitée à 1 à 2 ans, explique Frédéric Richter, l'un des directeurs de Tomorrow Street.

Il pourra par exemple s'agir d'entreprises étrangères qui veulent s'implanter au Luxembourg, afin de développer, depuis le Grand-Duché, leurs relations avec des multinationales ou sur d'autres marchés. Dans ce cas, il leur sera possible de recourir au système de Vodafone, qui est représenté dans plus de 80 pays. 

Avec le Tomorrow Street Innovation Center, les acteurs publics et privés vont travailler main dans la main. Et Vodafone est un partenaire particulièrement important, selon le Premier ministre, Xavier Bettel.