Le saviez-vous? Les frontaliers ne sont pas les seuls à pouvoir se faire soigner à l'étranger. En réalité, tout le monde le peut.

L'Europe offre plusieurs possibilités parfois pratiques. Notamment en matière de soins. Les frontaliers le savent: ils peuvent se faire soigner dans leur pays de résidence et leur pays de travail. Ils ne sont pourtant pas les seuls à pouvoir bénéficier de soins à l'étranger.

Comme le rappelle l'association Frontaliers Grand Est, l'ensemble des résidents européens peuvent recevoir des soins dans toute l'Europe. Cela vaut notamment pour les soins courants qui ne nécessitent pas d'autorisations préalables.

Il est par exemple possible de prendre rendez-vous chez un médecin généraliste frontalier. Ou d'obtenir des médicaments de l'autre côté de la frontière. "Pour des soins courants, pas besoin d'autorisation spécifique" explique l'association dans une vidéo didactique. Même s'il faudra peut-être avancer les frais puis se faire rembourser.

Sans compter qu'en Grande-Région, des accords ont été passés pour ouvrir un peu plus certains soins hospitaliers.

En revanche, certains soins particuliers nécessitent une autorisation préalable. Notamment en cas d'hospitalisation, de soins de longue durée ou de recours à du matériel médical spécialisé et coûteux. Il faudra donc formuler une demande avant d'entamer toute procédure médicale.

Un dernier bon réflexe? Commander gratuitement sa carte européenne d'assurance maladie. Comme le rappelle la Commission, c'est elle qui vous permet d'être pris en charge et de "bénéficier des soins de santé publics dont vous auriez besoin" en cas de séjour temporaire à l'étranger. Certains soins pourront être pris en charge, d'autres seront à avancer.