Votre carrière touche à sa fin, il est temps d'entamer les démarches pour faire valoir vos droits à la retraite. Si vous êtes ou avez été frontalier, voici comment procéder.

La retraite, ça s'anticipe. Surtout pour celles et ceux qui ont eu une carrière de frontalier.

Employé(e) successivement en Belgique, en France, en Allemagne et au Luxembourg, vous n'aurez heureusement qu'un seul interlocuteur pour demander vos droits à la pension: la caisse de votre pays de résidence.

Celle-ci se charge ensuite de contacter les administrations étrangères pour vous.

Attention toutefois, l'âge légal de départ à la retraite n'est pas le même d'un pays à l'autre: 62 ans en France, 65 ans au Luxembourg et en Belgique, entre 65 et 67 ans en Allemagne... Il sera possible d'obtenir votre retraite dans un pays... Et de devoir patienter quelques années de plus pour obtenir celle du système voisin. Mais vous pourrez, pourquoi pas, cumuler emploi et retraite !

À ce petit jeu, en tant qu'ancien frontalier, vous vous rappellerez aussi que vous ne pouvez cotiser que dans un seul pays. Et que non, il ne vous faut pas dix ans de cotisation au Luxembourg pour y débloquer votre retraite.

Les résidents du Luxembourg s'adresseront à la Caisse nationale d'assurance pension. En France, l'organisme à contacter est l'Assurance retraite. En Belgique, les démarches s'effectuent ici. Et ici pour l'Allemagne.

À lire également:

- Droits à la retraite: faut-il vraiment travailler dix ans au Luxembourg?

- Des carrières plus courtes au Luxembourg?

Retrouvez plus d'infos pratiques dans notre rubrique "Espace Frontaliers"