Fait rare, le Tour de France a été stoppé net par des militants pro-climat ce mardi à 38 km de l'arrivée de la 10e étape à Megève.

La 10e étape du Tour de France a été interrompue en raison de la présence de manifestants sur la route, mardi, à 38 kilomètres de l'arrivée à Megève en Haute-Savoie.

La course a été neutralisée et un nouveau départ sera donné avec les écarts enregistrés au moment de l'arrêt, a annoncé la direction de course.

Le coureur de tête, l'Italien Alberto Bettiol (EF Education), a pu franchir ce barrage formé par neuf manifestants assis sur la route, à travers un rideau de fumigènes.

Bettiol a été arrêté quelques instants plus tard pour pouvoir respecter les écarts, qui étaient de l'ordre de vingt secondes sur les 24 poursuivants et près de sept minutes et demie sur le peloton.

Les manifestants ont été interpellés par la gendarmerie, a fait savoir la préfecture de Haute-Savoie.

Le groupe de militants pro-climat "Dernière Rénovation" a revendiqué l'opération sur les réseaux sociaux, mise en place "pour arrêter la course folle vers l’anéantissement de notre société", selon son communiqué.

"Nous ne pouvons plus rester spectateurs du désastre climatique en cours. Il nous reste 989 jours pour sauver notre avenir, notre humanité", écrit le collectif dans son communiqué.

Quatre membres de "Dernière Rénovation" portaient un tee-shirt sur lequel était inscrit, "We have 989 days left" (il ne nous reste que 989 jours), un message similaire à celui de la manifestante qui avait interrompu le match entre Marin Cilic et Casper Ruud en demi-finale de Roland-Garros en s'accrochant au filet. Cette manifestation avait déjà été revendiquée par "Dernière Rénovation".