Le Luxembourgeois Bob Jungels (AG2R) s'est imposé lors de la 9e étape, au terme d'un numéro de soliste extraordinaire.

Un grand numéro: le Luxembourgeois Bob Jungels (AG2R Citroën) s'est adjugé en solitaire la 9e étape du Tour, dimanche, à Châtel, pour le retour en France après l'incursion en Suisse.

Le Slovène Tadej Pogacar (UAE), en tête du groupe des favoris, a gardé le maillot jaune à la veille de la journée de repos.

Jungels, seul en tête dans les 60 derniers kilomètres de cette première étape alpestre, a résisté au retour de Pinot, lancé à ses trousses dans la dernière ascension et revenu à une vingtaine de secondes.

Sur la ligne, le Luxembourgeois a précédé de 22 et 26 secondes les Espagnols Jonathan Castroviejo et Carlos Verona. Pinot, l'un des coureurs préférés du public français, a reculé dans le final pour prendre la quatrième place. Pogacar a sprinté dans les derniers hectomètres pour franchir la ligne à 49 secondes de Jungels, devant ses rivaux du classement général.

"Je n'ai pas eu beaucoup de chance ces deux dernières années avec ma blessure. Depuis le Tour de Suisse, je vois que je reviens peu à peu. Aujourd'hui, c'est une de mes plus grandes journées de ces dix dernières années" a répondu le Luxembourgeois, au micro de France 2.

"La dernière montée a été très dure. On n'y croit pas tant qu'on n'a pas franchi la ligne. J'entendais les écarts avec Thibaut Pinot, ça me rappelait ma victoire dans Liège-Bastogne-Liège où Jelle Vanendert était en poursuite. J'ai continué mon effort et je savais que sur le plat, je n'allais pas être rattrapé. Je suis content d'y être arrivé" a ajouté Jungels, dont l'exploit a ému le dernier vainqueur luxembourgeois sur le Tour, Andy Schleck, en 2011, selon les dires du coureur AG2R. "J'ai vu Andy, il est très content pour moi. On est très bons amis depuis quelques années. C'est tellement d'émotions ! Je voudrais remercier les gens qui ont toujours cru en moi."

RTL

© AFP

LA COURSE-POURSUITE DE PINOT

Dans cette étape de 192,9 kilomètres, une échappée d'une vingtaine de coureurs, comprenant neuf vainqueurs d'étape du Tour (Uran, Pinot, L. L. Sanchez, Barguil, Konrad, van Aert, I. Izagirre, Geschke, Politt), s'est formée à la fin de la première heure.

Son avance a plafonné à plus de trois minutes, en raison de la poursuite des hommes de Pogacar pour ne pas laisser une trop grande avance au Colombien Rigoberto Uran, deuxième du Tour 2017.

A l'avant, Jungels a pris les devants dans le col de la Croix, à 64 kilomètres de l'arrivée, pour se présenter au pied du Pas de Morgins (15,4 km à 6,1 %) avec un avantage de deux minutes sur ses anciens compagnons et près de trois minutes et demie sur le peloton des favoris.

Pinot s'est dégagé du groupe intercalé à moins de 9 kilomètres du sommet. Le Français a engagé une course-poursuite derrière Jungels pour gommer le retard approchant deux minutes, sans parvenir à reprendre le Luxembourgeois.

Jungels, qui est âgé de 29 ans, s'est imposé pour la première fois dans le Tour. Mais il compte un "monument", Liège-Bastogne-Liège 2018, à son palmarès qui comporte désormais 25 victoires.

Recruté pour 2021 par l'équipe de Vincent Lavenu, le Luxembourgeois a dû être opéré l'an passé de l'artère iliaque. Il n'a recouvré son niveau que tardivement, lors du Tour de Suisse (6e).

Hormis les titres nationaux au Luxembourg, son dernier succès international remontait à mars 2019 (Kuurne-Bruxelles-Kuurne).

Il a apporté du baume au coeur à l'équipe française dont le chef de file, l'Australien Ben O'Connor, est en souffrance depuis plusieurs jours.

La victoire du jour du Luxembourgeois intervient alors que la tension monte dans le peloton, la menace du covid planait de plus en plus sur le Tour de France. "Les plus belles victoire se forgent dans la difficulté. J'ai eu moi-même un coup de stress au Danemark (ndlr: au départ) avec mon test positif... Mais aujourd'hui, j'ai pu donner cette merveilleuse victoire à l'équipe."

Le maillot jaune, comme l'ensemble du peloton qui a été touché par plusieurs cas de coronavirus, va subir en soirée un test de détection du covid-19. Guillaume Martin a été dimanche matin le troisième coureur à devoir quitter le Tour à cause du virus.

🚴 Classements et photos: notre dossier "Tour de France" à retrouver ici

RTL

© AFP