La nouvelle vague de Covid a déjà provoqué des départs dans l'encadrement de plusieurs équipes, et menace le bon déroulement du Tour de France.

Le Norvégien Vegard Stake Laengen (UAE) a quitté la course avant le départ de la 8e étape à Dole tout comme le Français Geoffrey Bouchard (AG2R Citroën), lui aussi testé positif au coronavirus. "Vegard a été testé négatif hier matin lors du protocole de test de routine de l'équipe interne. Mais il a signalé des symptômes de maux de gorge tard la nuit dernière", a expliqué le médecin de l'équipe émiratie, le Dr Adriano Rotunno. "Le test antigénique a été positif et il a été confirmé par un test PCR ce matin."

Quelques minutes plus tôt, l'équipe de Bouchard avait fait part du départ de son grimpeur, vainqueur par le passé du classement de la montagne au Giro et à la Vuelta mais néophyte sur le Tour. Bouchard, souffrant au cours de la 7e étape, a été testé positif en soirée et immédiatement isolé du reste du groupe, a précisé la formation.
Ces deux cas sont les premiers concernant les coureurs du peloton mais la nouvelle vague de Covid a déjà provoqué des départs dans l'encadrement de plusieurs équipes, tant dans le personnel que dans la direction des groupes.

Tests obligatoires

A elle seule, la formation Quick-Step a dû faire appel à trois nouveaux directeurs sportifs depuis le début du Tour. Lylian Lebreton, l'un des directeurs sportifs de TotalEnergies, a lui aussi quitté l'épreuve et devrait revenir prochainement, dès qu'il ne sera plus contagieux. Avant le départ de Copenhague, une demi-douzaine de coureurs ont été remplacés au sein de leurs formations respectives. Dans l'équipe de Pogacar, l'Italien Matteo Trentin notamment a dû laisser la place au Suisse Marc Hirschi alors que le champion de France Florian Sénéchal doit sa présence au forfait du Belge Tim Declercq.

A la suite de la cascade d'abandons enregistré au Tour de Suisse à la mi-juin, le protocole anti-Covid a été actualisé avant le début du Tour par l'Union cycliste internationale (UCI). Les tests sont obligatoires avant le départ et lors des deux journées de repos de l'épreuve, coureurs et personnels d'équipes compris. L'ensemble du peloton sera donc testé dimanche soir ou lundi, lors de la journée de repos avant les Alpes.

En cas de positivité, le protocole prévoit que "la décision d'isolement éventuelle sera prise de manière collégiale par le médecin de l'équipe concernée, le médecin Covid-19 de l'épreuve et le directeur médical de l'UCI". La fédération internationale a renoncé à la règle de l'exclusion automatique de la course pour une équipe ayant deux coureurs positifs au Covid dans un délai de sept jours.