David Gaudu (FRA/Groupama-FDJ), 47e de la quatrième étape du Tour de France, courue mardi de Dunkerque à Calais.

"Je ne m'attendais pas à ce final, je pensais que cela monterait plus calmement sous le contrôle des équipes de sprinteurs. Mais on n'est jamais à l'abri. Wout (van Aert) a fait un sacré numéro dans la "bosse". On était mal placé, vers la 50e place. Heureusement Kevin (Geniets) était là, on n'est pas loin de basculer ans le groupe des favoris derrière Wout. Les pavés ? il faudra avoir les bonnes jambes et un peu de réussite. C'est une journée qui fait peur à tout le monde. Mais on est prêt, on a peur mais on a envie d'y aller."

Alexander Kristoff (NOR/Intermarché), quatrième de l'étape: "Mes coéquipiers m'ont offert un bel anniversaire. Ils ont été excellents et grâce à Sven Erik Bystrøm et Andrea Pasqualon, j'avais le meilleur train dans le dernier kilomètre pour le sprint. J'ai pu lancer en premier juste avant le panneau des 200 derniers mètres. J'étais peut-être un peu trop enthousiaste. Au final je n'ai été dépassé que par deux coureurs, je peux m'en contenter. La fatigue va commencer à s'installer et cela signifie qu'il y aura plus d'opportunités pour nous."

Hugo Hofstetter (FRA/Arkea-Samsic), huitième de l'étape: "C'est monté à bloc dans la bosse. J'avais Nairo (Quintana) à côté de moi, je lui ai laissé la place. Il y avait des leaders piégés. Quand on est rentré, je me suis reconcentré sur le sprint, en sachant que van Aert était devant. On est un peu moins motivé que quand on arrive pour la gagne, on prend moins de risques. Mais le sprint était hyper-rapide."