Il avait fait des passes décisives mais pas encore marqué: Harry Kane, meilleur buteur du dernier Mondial, a enfin débloqué son compteur contre le Sénégal (3-0) lors de l'édition 2022. La France doit se méfier de l'ouragan "HurryKane" en quarts de finale.

Lui ne s'inquiétait pas. "Je suis content d'avoir ouvert mon compteur mais aussi d'avoir aidé l'équipe", a lancé le capitaine anglais après ce huitième de finale au stade al-Bayt d'al-Khor.

Clinique sur un centre parfait de Phil Foden, le buteur de Tottenham a saisi sa chance (45e+3) pour signer le but du K.-O. (2-0), juste avant la pause.

Au premier tour il n'avait pas trouvé la cible mais contribué à la qualification avec trois passes décisives, deux contre l'Iran (6-2), pour Raheem Sterling et Marcus Rashford, et une contre le pays de Galles (3-0) pour Foden, qui lui a donc rendu la politesse dans le magnifique stade en forme de tente de bédouin.

"J'ai le sentiment d'avoir bien joué", estimait Kane avant le 1/8 de finale. "Comme toujours, je suis calme et je me concentre pour faire au mieux pour l'équipe. En tant qu'attaquant, on a toujours envie de marquer".

Outre son but, le "Spurs" a participé à l'ouverture du score. Profitant d'une déviation de Foden, il a décalé Jude Bellingham dont le centre en retrait a trouvé Jordan Henderson (38e).

A UNE UNITÉ DU RECORD DE ROONEY

RTL

Les Anglais Bukayo Saka (d), Phil Foden (g) et Harry Kane (c) après le but de Saka contre le Sénégal en huitièmes de finale du Mondial-2022 au Qatar, le 4 décembre 2022 à al-Khor / © AFP

Le capitaine anglais a eu d'autres occasions, reprenant au-dessus un centre de Bukayo Saka (41e). Il n'est pas sur le troisième but, signé Saka (57e), mais avait juste avant frappé de loin sur Édouard Mendy, qui a bloqué le ballon en deux temps (56e).

Enfin, à un orteil près, Kane aurait pu signer un doublé sur un tacle glissé, où il manque le ballon d'un souffle (80e).

Avec ce 52e but en 79 sélections, Kane reste à une unité du meilleur buteur des "Trois Lions", Wayne Rooney (53).

Kane avait justement remplacé "Wazza" pour sa toute première sélection, en mars 2015 contre la Lituanie (4-0), et marqué quelques instant après son entrée en jeu.

Il ne fallait donc pas trop s'inquiéter de son mutisme au Qatar. En 1982, l'Italien Paolo Rossi s'était réveillé pour les trois derniers matches et avait terminé champion du monde - et meilleur buteur du tournoi - avec six buts.

Déjà lors du dernier Euro, Kane n'avait pas marqué en phase de poule avant de se déchaîner: un but contre l'Allemagne (2-0), deux contre l'Ukraine (4-0) et un en demi-finale contre le Danemark (2-1 a.p.).

Le patron avait aussi assuré le premier tir au but en finale contre l'Italie, sans empêcher la défaite (1-1, 3 t.a.b. à 2).

En Russie, c'était le contraire. Il avait marqué ses six buts au premier tour, dont trois penalties, avec un triplé contre le Panama (6-1).

Le sélectionneur Gareth Southgate, qui l'aime depuis les Espoirs, lui avait confié le brassard pour la Coupe du monde 2018, la plus réussie de l'Angleterre depuis 1990.

Ces années-là, l'avant-centre était Gary Lineker, meilleur buteur lui du Mondial-1986, avec six buts également.

Avec désormais sept buts en Coupe du monde, Kane est encore à trois longueurs de son aîné (quatre autres buts en 1990), meilleur buteur anglais du tournoi.

Il espère s'approcher de Lineker en quarts de finale. "Ce sera très dur face à la France. C'est une grande équipe, le champion en titre, on sait qu'on aura une soirée compliquée", prévient Kane.

Les Bleus sont prévenus, l'ouragan "HurryKane" s'est remis à souffler dans le désert.