Le club de la cité thermale est reparti rempli de frustrations du Verlorenkost où le Racing s’est imposé un but à rien.

Quand on a le sentiment d’avoir tout bien fait sans être payé en retour, on rumine forcément sa déception. Et il aura encore fallu quelques heures pour que celle, perceptible chez les joueurs de l’US Mondorf, s’évacue.

Les Verts étaient venus sans complexe disputer la première place à l’un des ogres annoncés de la BGL Ligue. Un rôle qu’ils ont tenu pendant une bonne heure mais ils sont repartis bredouilles pour ne pas avoir concrétisé l’une ou l’autre occasion. Et pour avoir encaissé ce but de Buch de la tête (1-0, 54e) sur un corner de Pokar. L’Allemand délivrant au passage sa quatrième passe décisive de la saison.

Un petit sentiment d’injustice naissant est venu entacher ce but. Buch forçant un corner et commettant peut-être une faute sur Costa.

Plus tard, les visiteurs, images à l’appui, crieront au scandale lorsque Jérémy Muller n’adressa pas de second carton jaune à N’Goma pour un coup donné de la main alors que l’action se poursuivait de l’autre côté. L’ailier du Racing était déjà averti avant. Joachim da Silva, l’assistant de touche, ne broncha pas non plus alors qu’il était mieux placé que l’arbitre de champ.

«On ne nous a pas sifflé deux penalties», râlait Ahmed Benhemine. «On méritait même mieux que le match nul mais continuons à travailler en prenant ce match comme référence. C’est ma septième saison ici et je prends vraiment du plaisir comme j’en avais pris avec Paulo Gomes.»

Sans véritable attaquant de pointe, Mondorf l’a joué un peu à la barcelonaise version Xavi-Iniesta. Avec Bekkouche, Benamra et Yao en train de permuter sans cesse pour donner le tournis à une défense du Racing revisitée. Garos étant repassé dans l’axe au côté de Pit Simon.

«Oui on a manqué de présence dans les 16 m adverses mais Keita avait une petite gêne et on n’a pas voulu prendre de risque et Diogo Fernandes a été victime d’une entorse la semaine dernière. Malgré tout, on est l’équipe qui se procure les meilleures occasions. Le petit brin de chance nous a manqué», expliquait l’entraîneur mondorfois Manu Correia.

L’USM peut tout de même se dire que la base est là pour passer une saison un peu plus tranquille que les précédentes. Le Racing, lui, peut se frotter les mains. Car une équipe qui gagne en proposant une prestation aussi médiocre va souvent très loin.

L’histoire ne dit pas si «Faz» Kuduzovic, l’entraîneur bosnien, aimait passer des heures en laboratoire quand il était étudiant mais le technicien semble un fervent partisan des expériences. La dernière en date consista à associer Andreas Buch et Edvin Muratovic à la pointe de l’attaque avec un rôle de soutien pour l’international. Un coup d’épée dans l’eau! D’autant plus que Dinan Amiri comme Yannick Schaus, les deux ailiers, sont apparus transparents ce samedi.

Ce n’est pas la matière qui manque pour tenter des choses et rectifier le tir mais il ne faudra pas se tromper dans les choix à l’heure de se rendre au Holleschbierg samedi prochain pour un derby qui s’annonce palpitant.