L'homme d'affaire luxembourgeois Gérard Lopez se dit "très affecté" par la relégation en Ligue 2 des Girondins de Bordeaux, dont il est le président.

Monument du football français, les Girondins de Bordeaux ont été relégués en Ligue 2 samedi soir, au terme d'une saison désastreuse. Derniers de Ligue 1, ils ont encaissé 91 buts, ce qui en fait la pire défense d'Europe. Un échec cinglant pour son président luxembourgeois Gérard Lopez, ex-propriétaire de Lille et de l'ancienne écurie de Formule 1 Lotus F1 Team.

"C’est un échec. Collectif et personnel" a t-il écrit dans un communiqué de presse publié sur le site internet du club. "J’assume pleinement ma part de responsabilité. Je suis très affecté par cette relégation qui va nous contraindre à penser le futur différemment" ajoute t-il.

A l'heure de chercher des raisons à cette saison désastreuse, Gérard Lopez, arrivé l'été dernier pour sauver un club mal en point, affirme simplement que "les raisons sont multiples" et que "la mission s’est avérée plus compliquée que prévu avec un héritage lourd à porter."

Le Luxembourgeois fait déjà de la remontée immédiate en Ligue 1 l'objectif des Girondins la saison prochaine, mais annonce des changements. "Dans les prochaines semaines, l’objectif sera d’établir un bilan détaillé sur les responsabilités de chacun. Car afin de se reconstruire, il est crucial d’analyser toutes les erreurs commises, et surtout de les comprendre. Pour la saison prochaine, des changements sont d’ores et déjà à prévoir. Des changements nécessaires, mais qui n’altèrent pas mon ambition de dirigeant.

A présent, il va donc falloir assumer, se relever et construire un projet qui doit permettre au Club d’être ambitieux avec l’objectif d’une remontée dans l’élite dès la saison prochaine. Nous savons que cela sera très difficile, mais tous ensemble, nous devons croire à un renouveau girondin."

Enfin, Gérard Lopez a tenu à préciser que l’actionnaire Jogo Bonito, ainsi que Fortress et King Street qui sont restés en tant que créditeurs, "travailleront main dans la main pour permettre ce renouveau."