Cris de joie, pétards et coups de klaxons ont endiablé jusque tard dans la nuit le quartier des cafés italiens à Esch-sur-Alzette. La délivrance vécue après la victoire de la squadra azzura était à la hauteur de la pénible soirée d'attente.

A Esch, le peuple des tifosi a longtemps tremblé avant d'exulter longuement dans un quartier bouclé, le temps d'une soirée... mémorable. Après la victoire de l'Italie contre l'Angleterre par tirs au but, une immense joie mêlée de grande fierté a débordé bien au-delà de la rue Nelson Mandela, paralysant le contournement d'Esch jusqu'à 2 heures du matin.

"Je suis heureux! Après 2018 on n'aurait jamais cru être là. Mais aujourd'hui on y est: on est champion d'Europe! On a battu l'Angleterre chez elle! On ne pouvait pas espérer mieux! Après un Covid, c'est magnifique ce qu'on vit", s'enthousiasme Pierre spécialement venu d'Audun-le-Tiche pour vivre cette finale de l'Euro 2021 dans une ambiance 100% italienne.

RTL

© Maurice FICK / RTL

"C'est le plus beau jour de ma vie!", craque Aleyna en agitant le drapeau italien et en mêlant larmes et cris de joie. Expression d'une trop longue attente durant laquelle le doute a eu le temps de s'immiscer. "C'était très dur mais on a toujours espérer qu'on allait gagné et au final on a réussi", résume Marco, en traduisant un sentiment amplement partagé.

"C'est une satisfaction énorme parce que ça fait presque 50 ans qu'on était pas champion d'Europe! Merci ! Merci !", lance Carmine, originaire de Bari. "Nous on l'a mérité et on l'a gagné", sous-entendu cette coupe d'Europe de football.

RTL

© Maxime Gonzales / RTL

Oui "les Italiens l'ont vraiment mérité", reconnaît Carlos très triste de la défaite anglaise. Mais "les Anglais sont promis à un bel avenir avec la nouvelle génération de jeunes joueurs dont ils disposent", prédit-il.

UN PEU PLUS TÔT DANS LA SOIRÉE

"On était déjà ici en 2006 pour la Coupe du monde. Cette fois, on est d'abord venu pour les garçons. Ils n'ont jamais participé à un tel événement", raconte Paolo, venu de Bettembourg avec son épouse Alice.

"Pour l'instant c'est 50-50 mais si tout va bien je serai heureux pour les enfants et pour l'Italie évidemment!", glisse Paolo alors que les prolongations ont tout juste démarré.

Italia, Italia, Italia!". La finale inédite entre l'Italie et l'Angleterre n'avait pas encore démarré que l'ambiance était déjà chaudement italienne bien avant 20h  dans la rue Mandela Wilson, toute entière dédiée à la soirée football "en grande famille" à Esch-sur-Alzette.

"On est là pour l'ambiance, ça fait plaisir de de revoir, ça fait revivre!", lance avec un sourire  Jordan venu de Bivange avec celle qui partage son cœur, Laetizia. ILs sont venus avec 18 copains et tous sont attablés aux premières loges du café Italia.

PAS DE RESPECT (DES RÈGLES), PAS DE TÉLÉ

"Je suis venu dès 15h30 et j'ai eu les deux tables à 16h. Parce qu'à 17h c'était fini", raconte Alessandro, une bière à la main. Le café a pris les devants cette fois et à bien fait car les Italiens d'Esch sont à nouveau au rendez-vous. Même ambiance chaleureuse devant le San Siro, au coin de la rue, et le café International, plus bas.

Suite aux scènes de liesse et débordement des patrons de cafés mardi, soir de la demi-finale (L’Italie avait battu l’Espagne 4-2 après tirs au but) la Ville d’Esch-sur-Alzette et la Police ont pris des mesures pour éviter que cette soirée de finale ne vire en cluster géant.

RTL

© Maxime Gonzales/ RTL Luxembourg

Des masques, certains en portent, mais il ne sont pas légion. L'accès à l'espace "terrasse de rue" est strictement contrôlé. "Je laisse passer ceux qui sont à une table", pose Angelo Luisi qui ouvre et ferme la barrière. Il assure que "le café a respecté les règles strictes" mais craint tout de même des débordements, en voyant la foule grossir à vue d'œil. Le match lancé, le quota des 300 places assises était bien respecté mais plusieurs centaines d'autres tifosi se sont invités dans les alentours immédiats.

Pour lui c'est simple: "S'il n'y a pas de respect (des règles), j'éteins tout, je démarre et je m'en vais". Angelo détient "la" clef de la soirée. L'écran installé au milieu de la rue est le sien. Il l'a attaché sur un portique fixé à son Piaggio cross.