Le président français avait été vivement critiqué pour être allé skier en plein crise des gilets jaunes le samedi 16 mars.

Hier, Brigitte Macron a pris la défense de son époux. La Première Dame était en effet invitée au stade Auguste-Delaune, à Reims, à l'occasion d'un match de football caritatif, au profit de deux associations luttant contre les discriminations, les violences et les exclusions dont les femmes sont victimes.

Brigitte Macron devait donner le coup d'envoi du match avec Muriel Robin. Mais lorsque son visage est apparu sur l'écran, l'épouse d'Emmanuel Macron a été sifflée par une partie des 10.000 spectateurs présents dans le stade. Les organisateurs ont donc demandé à Muriel Robin de donner seule le coup d'envoi.

"Cela ne peut pas continuer"

La Première Dame a tout de même pu s'exprimer aux micros des nombreux journalistes présents hier soir. Elle est revenue sur l'épisode du ski. "Dès qu'il a pris conscience de ce qui se passait, il est parti, c'est évident", a-t-elle commenté auprès d'Europe 1. "C'était moi qui lui avais préparé une escapade. On n'a modifié aucun rendez-vous, mais personne n'oublie ce qui s'est passé. On a tout ça dans la tête."

Brigitte Macron a également parlé des violences qui ont eu lieu le week-end dernier. "Cela ne peut pas continuer, c'est certain. On veut arrêter cette violence parce qu'il n'y a pas de vie ou de réconciliation possible avec cette violence."