Une oeuvre attribuée à Banksy, hommage aux victimes des attentats de novembre 2015 à Paris et volée en 2019 au Bataclan, a été retrouvée en Italie.

Mais comment donc s'est-elle retrouvée là-bas? Une oeuvre attribuée à la star du street-art Banksy, hommage aux victimes des attentats de novembre 2015 à Paris et volée en 2019, a été récupérée par la police italienne dans une ferme des Abruzzes.

"Nous avons récupéré la porte volée au Bataclan avec une oeuvre de Banksy représentant la jeune fille triste", a annoncé à l'AFP un officier supérieur des carabiniers à Teramo (centre).

L'opération a été initiée à la demande de la police française et menée en présence de policiers français, a précisé ce responsable.

Une conférence de presse du procureur de l'Aquila, chef-lieu de la région des Abruzzes où l'oeuvre a été retrouvée, est prévue jeudi matin.

Cette œuvre avait été peinte sur une porte arrière de la salle de spectacle parisienne du Bataclan, en forme d'hommage sur le lieu même où 90 personnes ont été tuées le 13 novembre 2015, au cours d'une série attaques jihadistes qui ont frappé Paris.

Elle avait été volée en janvier 2019, avec la porte sur laquelle elle était peinte, découpée à la meuleuse.

Selon le quotidien La Repubblica, citant le procureur de l'Aquila, la porte a été retrouvée dans une ferme de la campagne des Abruzzes.

L'opération a eu lieu sur une perquisition ordonnée par le parquet et cette découverte "a été rendue possible grâce aux enquêtes menées par le bureau du procureur en collaboration avec la police et la justice françaises", a précisé le journal.

Réalisée au pochoir et à la peinture blanche, l'oeuvre attribuée à Banksy représentait un personnage féminin à l'air triste sur l'une des sorties de secours, située derrière le Bataclan, dans le passage par lequel de nombreux spectateurs du concert des Eagles of Death Metal s'étaient échappés pendant l'attaque terroriste.

Ce vol avait suscité une "profonde indignation", selon les mots mêmes de l'équipe du Bataclan. Ce "symbole de recueillement et appartenant à tous, riverains, parisiens, citoyens du monde nous a été enlevée", déplorait-elle alors, dans un pays profondément marqué par les attentats islamistes de 2015.