Les musées et centres d'art ont pu rouvrir depuis hier lundi. La foule ne s'y presse pas. C'est l'occasion de visiter les expositions en toute tranquillité

Il n'y a pas la foule devant les musées comme devant les centres commerciaux. Pourtant, eux aussi, ont, à la faveur du déconfinement, rouvert leurs portes cette semaine.

"Nous avons voulu profité de la réouverture pour visiter l'exposition de Jean-Marie Biwer dont nous avions manqué les premiers jours", racontent Alphonse et Denise, un couple de luxembourgeois qui se dit "en manque d'exposition".

Ils figurent parmi les premiers et rares visiteurs du Mudam ce lundi 11 mai, où au fil de la journée une grosse vingtaine de visiteurs seront venus. "Tant mieux, c'est tranquille et plus sûr, il n'y a presque personne," sourit Denise.

Accueilli par un gardien d'une agence de sécurité, le visiteur se voit intimer de se désinfecter les mains avant d'entrer dans les espaces d'exposition. Il portera forcément un masque.

Tous les gardiens du musées sont également masqués et indiquent un circuit obligatoire pour éviter que les gens se croisent. "C'est un peu contraignant de suivre ce tour imposé parce que dans certaines salles on arrive par la sortie et on ne voit les explications qu'à la fin", note Lola, une étudiante également contente de "se ménager une pause culturelle pendant ses révisions."

Au Musée national d'histoire et d'art, habituellement fermé le lundi, c'est ce mardi que la rentrée a sonné. Là aussi, c'est derrière un écran de Plexiglas que l'accueil est effectué et nous indique que "pour une meilleure gestion et circulation des flux, seules les expositions temporaires seront accessibles au public".
Une jauge maximale de 62 personnes en fonction de la capacité des salles d’exposition a été fixée, mais la première journée ne verra passer qu'une trentaine de personnes.

Parmi eux, Louise qui a "découvert l'exposition de photos de Carla van de Puttelaar en ligne" et voulait "se rendre compte de l'installation sur place."  Habitant à Esch, Oksana est "curieuse de visiter le musée national pour la première fois". Avec elle, Giorgi profite "d'un des rares musées ouverts le mardi".

Là aussi, gel hydroalcoolique à l'entrée, port du masque obligatoire et distances à respecter. "Les gens sont très disciplinés et ne rechignent pas aux règles", note une gardienne, derrière son masque.