Le chanteur-compositeur mexicain Armando Manzanero, icône du boléro latino-américain, est mort lundi à 86 ans des suites du Covid-19, a annoncé le président mexicain Andrés Manuel Lopez Obrador.

"C'est quelque chose de très triste. Don Armando Manzanero, un grand compositeur, l'un des meilleurs du pays, était aussi un homme sensible aux questions sociales. Je regrette vivement sa mort", a déclaré le chef de l'Etat, visiblement ému, lors de sa conférence de presse matinale quotidienne.

Né le 7 décembre 1934 au sein d'une famille indigène maya, dans l'Etat du Yucatan (est), Armando Manzareno était un compositeur particulièrement prolifique, très connu en Amérique latine pour ses ballades romantiques. "Ses chansons font partie intégrante de l’éducation sentimentale des Mexicains", a écrit la ministre de la Culture, Alejandra Frausto, sur Twitter.

Le chanteur-compositeur est décédé d'une crise cardiaque dans la nuit de dimanche à lundi, dans un hôpital de Mexico, a confirmé son attaché de presse à l'AFP.

L'artiste avait été hospitalisé le 17 décembre après avoir été testé positif au nouveau coronavirus. Six jours plus tard, il avait été intubé "avec son plein consentement", selon son entourage.

Du fait de la pandémie, des hommages ne seront pas organisés immédiatement. Mais la société des auteurs compositeurs, que Manzanero présidait depuis 2010, a demandé aux Mexicains de chanter, à la tombée de la nuit, l'un de ses boléros, "Esta tarde vi llover" ("J'ai vu pleuvoir cet après-midi").

En différents points de la ville, depuis les balcons et les fenêtres, ont fusé des mélodies du compositeur qui, pour la femme au foyer Leticia Martinez, 63 ans, "touchaient au fond du coeur".

Des artistes tels que les Mexicains Luis Miguel et Chavela Vargas, les Américains Frank Sinatra et Christina Aguilera, les Espagnols Julio Iglesias et Raphael ou l'Italien Andrea Bocelli avaient interprété ses chansons.

En 2014, Manzanero avait été le premier Mexicain à recevoir un Grammy Awards pour l'ensemble de sa carrière. Peu avant de tomber malade, le bolériste, auteur de plus de 400 mélodies, avait assisté à un hommage dans son état natal du Yucatan, marqué par l'ouverture d'un musée à Merida consacré à sa vie et son oeuvre. De retour à Mexico, il avait commencé à présenter des symptômes.

Des artistes de toutes les latitudes, tels le Portoricain New-Yorkais Marc Anthony, les Espagnols Raphael et Alejandro Sanz, l’Argentin Fito Paez et le Colombien Carlos Vives, ont regretté sa mort et célébré l’héritage du "maître".