Depuis plus de huit mois, la Rockhal survit sans concert, sans public et aucune amélioration n'est en vue.

Plus aucun artiste ne fait de grande tournée en ce moment. Rien avant 2021 et peut-être même 2022.

Mardi il y a quand même eu un premier signe de vie au CMA, le "Centre de Musiques amplifiées"  d'Esch. Le dernier concert y avait eu lieu le 7 mars. Depuis 170 événements ont été perdus, explique Olivier Toth,le directeur de la Rockhal.

„Ce sont environ 200.000 spectateurs que nous avons dû laisser sur la route. Et au final, si on regarde les journées de travail de notre personnel, ce sont 1.700-1.800 jours de travail qui n'ont finalement pas eu lieu cette année avec les concerts. Nous sommes seulement un intermédiaire, avec toute une série d'acteurs qui tournent autour de nous: organisateurs de concerts, artistes, public évidemment, mais aussi la sécurité, les machinistes, les monteurs, ceux qui travaillent au bar, les équipes de nettoyage ... Et si nous les prenons tous ensemble, nous arrivons à une estimation de 5.800 jours de travail de ce personnel externe."

80% du personnel de la Rockhal est actuellement au chômage partiel. La salle de concert est financée à 60% par le ministère de la Culture et à 40% par ses propres revenus. Si la situation devait durer, une aide supplémentaire de l'Etat serait peut-être nécessaire, explique Luc Henzig, président du conseil d'administration de la Rockhal.

Les responsables du lieu ne sont toutefois pas restés inactifs ces huit derniers mois, précise le directeur Olivier Toth. Jusqu'à fin juin, les locaux de la Rockhal ont servi de centre de soins avancés. Par ailleurs, des idées ont germé pour se réinventer. Si les concerts ne peuvent avoir lieu en direct, alors ce sont les concerts qui vont vers le public. C'est ainsi que sont nées les "Rocklab PopUpSessions", des petits concerts enregistrés et ensuite diffusés, notamment sur la chaîne YouTube de la Rockhal.

"Nous avons regardé ce que nous pouvions faire pour canaliser cette énergie qui se répand normalement sur la scène, et éventuellement l'amenée à un public. Parce que c'est ce que représente le live. Nous y sommes donc allés et (...) nous sommes allés dans des endroits, où nous ne mettrions pas les pieds habituellement. Et notre liste de beaux endroits est devenue très longue. Nous avons commencé avec Francis of Delirium, nous avons le Grund Club, qui aurait dû avoir un concert en direct à la fin de l'année et nous avons pu nous rattraper ainsi. Et ensuite nous avons aussi Napoleon Gold et puis pour le prochain, je dois encore garder un petit secret, mais nous les annoncerons évidemment dès que nous pourrons."

L'idée des concerts en live n'est cependant pas complètement perdue. Si les mesures sanitaires ne sont pas renforcées d'ici-là, il pourrait y avoir avant la fin de l'année des petits concerts, avec moins de public, 90 personnes au maximum. La Rockhal a aussi lancé un „Qwest-Challenge“ destinés aux 12-25 ans passionnés de hip-hop, de rap ou de slam.

Le reportage en langue luxembourgeoise: