Ça pourrait être le début d’un scénario pour un film-catastrophe, et pourtant, tout est vrai dans cette histoire. Y compris les gros mots.

Vendredi dernier, peu avant 17 heures. La meilleure moitié de l’ouvreuse indique à sa meilleure moitié à lui qu’il aimerait bien faire son shopping du vendredi au Cactus à Bascharage. L’Ouvreuse, dubitative et pas du tout dans l’humeur shopping, scrute le ciel et indique à Monsieur: "Je ne crois pas, mon seigneur et maître, le mec un peu allumé de la météo à Boulaide a annoncé de violents orages, de fortes pluies, des vents très forts et de la grêle. Durant la nuit, il a même évoqué la possibilité d’une tornade, sans doute après avoir fumé la moquette de sa maman. Donc, la belle bagnole rouge rentre au garage, et on fera notre shopping demain." Le reste, comme on dit, appartient à l’histoire.

Ce qui s’est abattu comme désastre naturel sur Pétange et Bascharage quelques minutes plus tard, a inspiré une série de commentaires à l’ouvreuse. Primo: La Jaguar n’aurait pas survécu sur le parking du Cactus. Deuxio: Ne plus jamais douter des prévisions du météorologue semi-pro de Boulaide, même s’il a fumé la moquette de maman. Terzio: Ça peut arriver près de chez vous ! Quadruplo: Le Luxembourg sait faire preuve de solidarité quand il le faut, mais hélas, il y a aussi une sacrée bande de cons amputés du cerveau qui se promènent sur Internet.

Les premiers connards s’attaquent aux services de secours quelques minutes après que la tornade a frappé. "Ils ne valent rien, dès qu’il se passe quelque chose, ils sont débordés, ils sont dépassés par les événements, ce sont des nazes, ils auraient dû prévoir le lieu, la date et l’heure exacte, où la tornade, espèce courante dans nos contrées, frapperait le pays". Euh, les zigotos lobotomisés, nos autorités étaient préparées, le personnel avait été renforcé, mais face à l’ampleur jamais vue de la catastrophe en question, l’ouvreuse est convaincue qu’on ne pourrait guère faire mieux, sauf avec l’assistance de Superjhemp qui, comme tout le monde sait, a pris sa retraite et file désormais des jours meilleurs avec sa Félicie chérie.

Ce qui est vrai, c’est qu’un événement unique (mais le restera-t-il?) comme cette tornade transforme chaque petit connard frustré derrière son clavier d’ordinateur ou son bigophone portable en pompier, secouriste, ambulancier, policier ou expert en météorologie. Il y en a même qui ont couvert d’une volée de bois vert le mec de Boulaide pour ne pas avoir prévu les habitants de Pétange et de Bascharage à temps, du moment exact où la tornade passerait chez eux en courant d’air. Sans doute auraient-ils alors pu monter sur leurs toits et les attacher avec une corde ou du sparadrap pour éviter leur envol plané. Honnêtement, ce n’est pas parce con n’a rien à dire, qu’il faut fermer sa gueule. On aimerait dégueuler sa Bouneschlupp devant tant de bêtise et de mauvaise volonté. Ou taper sur la gueule de ceux qui l’ouvrent toute grande. Et dire que l’ouvreuse est une sentimentale toute gentille.

Et ce n’était que le début. Les secours sont rapidement intervenus, des cellules de crise ont été formées, des secouristes et des volontaires ont accouru de tous les coins du pays, et même d’Allemagne, pour aider les autorités locales à faire face au désastre. Une ministre et un premier-ministre ont interrompu leurs vacances (non méritées de toute façon, selon les idiots de service) pour rentrer au pays, pour se rendre sur place et pour apporter support et aide aux sinistrés. Réactions indignées sur Internet, dans le genre: Ils ne sont pas rentrés assez vite, ils auraient pu faire plus et de toute façon, ils ne viennent là que pour se faire prendre en photo avec le Grand-Duc qui lui n’avait rien à foutre à Bascharage ou à Pétange, à part faire le beau. Meilleur commentaire parmi tant d’autres, deux heures à peine après que la tornade ait frappé: Nous dépensons de folles sommes d’argent pour accueillir et loger les réfugiés, où donc est l’argent pour nos sinistrés à nous? Mais allez donc vous faire empapaouter chez les Grecs, bande de salauds ornithorynques! Bachibouzouks!

© Universal Pictures/Amblin

Notre Serge Tornade pardon Tonnar national a tenté de calmer le jeu sur sa page Fatzbukk en postant un petit jeu de mots, et paf, il reçoit dans la gueule non seulement une volée de bois vert, mais le Gréngewald en sa presque totalité. Et quand mes pauvres confrères de rtl.lu, dont la section des commentaires accueille souvent la pire espèce des Luxembourgeois Anonymes, ont essayé de faire un peu d’humour en rapportant que la bière coulait toujours à Bascharage, malgré les dommages à la brasserie, eux aussi ont dû se laisser dire par l’intelligentsia réunie de Burbach, Eich et Dudelange qu’il ne faut surtout pas rigoler quand le ciel vous tombe sur la tête. Honnêtement, il y a des jours où on se dit que la tornade devrait frapper Internet.

Marie-Amandine
D’humeur assassine