Après l'annulation de deux éditions consécutives en raison de la pandémie de Covid-19, la "Paris Games Week" est de retour: le plus grand salon français consacré aux jeux vidéo rouvre ses portes dès mardi à Paris, avec la présence des principaux constructeurs de consoles.

Avant de célébrer ses retrouvailles avec le public à partir de mercredi, et jusqu'à la fin des vacances de la Toussaint, le salon sera inauguré mardi soir par deux membres du gouvernement, Rima Abdul Malak, ministre de la Culture, et Jean-Noël Barrot, ministre délégué à la transition numérique, devant un parterre de professionnels du secteur.

Si le jeu vidéo reste le loisir numérique privilégié des jeunes, avec 95% des 10-17 ans qui y jouent, la pratique concerne plus de 37 millions de français, 53% déclarant même y jouer "au moins une fois par semaine", selon l'étude annuelle du Syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs (Sell).

Signe de l'importance de l'événement, les trois grands constructeurs de consoles de jeux vidéo, Microsoft, Sony et Nintendo, seront réunis pour la première fois depuis plus de trois ans dans le même salon.

Des éditeurs (Ubisoft, Bandai Namco, Capcom, Sega,...), distributeurs comme la Fnac et géant des réseaux sociaux comme TikTok, seront aussi de la partie pour animer la Paris Games Week, à l'instar de plus d'une centaine d'exposants.

Une grande scène, avec 800 places assises, sera installée, avec notamment plusieurs compétitions d'esport annoncées.

"Cela montre que (la France) compte sur la planète jeu vidéo et que les salons physiques sont loin d'être morts. Au contraire, ils ont un bel avenir", a souligné auprès de l'AFP Nicolas Vignolles, délégué général du Sell, à l'origine de la manifestation.

RTL

© AFP

COSPLAY, ESPORTET NOUVEAUTES

Les organisateurs visent autour de 180.000 visiteurs à la Porte de Versailles pour cette édition 2022, alors que l'affluence se situait autour des 300.000 visiteurs avant la pandémie, mais dans un format plus grand.

Si la Paris Games Week n'est pas le lieu des grandes annonces de nouveaux titres, le salon reste important pour les "gamers" français, qui ont l'opportunité de tester les nouveautés de la fin d'année, comme "Just Dance 2023".

Autres moments forts au menu de cette édition "restart" (redémarrage): des parades et concours de cosplay (déguisements de personnages de la pop-culture), un espace dédié aux jeux "made in France" et au "retrogaming" (anciens jeux), mais aussi des conférences sur les grandes thématiques qui traversent le secteur. De l'enjeu de l'accessibilité de la formation et de la diversité dans les métiers du jeu vidéo à l'importance de la mixité et de la place des femmes, dans un contexte où plusieurs "streameuses" ont crié leur ras-le-bol face aux cyberviolences sexistes et sexuelles qu'elles subissent depuis des années sur les réseaux.

Dans une tendance encore accélérée par la crise sanitaire, les éditeurs dévoilent de plus en plus leurs prochains jeux lors de leurs propres événements en ligne. Mais les grands salons mondiaux du secteur marquent leur retour, à l'instar du "Tokyo Game Show", maintenu en ligne en 2020 puis en version hybride (en ligne et en physique) en 2021, et qui s'est tenu dans sa forme classique en septembre dernier.

Le plus grand rendez-vous annuel du jeu vidéo, l'E3 (Electronic Entertainment Expo) à Los Angeles, encore annulé en 2022, va également faire son grand retour en juin 2023.