Le géant japonais Sony a annoncé jeudi son intention d'accélérer les sorties de jeux vidéo sur ordinateurs et téléphones mobiles et de miser plus fortement sur les services en ligne pour accroître son audience au-delà de ses consoles PlayStation.

La production de la PlayStation 5, sortie fin 2020, est toujours victime des perturbations des chaînes d'approvisionnement liées à la pandémie, et Sony, qui compte en vendre au moins 18 millions d'exemplaires sur son nouvel exercice 2022/23 démarré début avril, peine à répondre à la forte demande.

Tout en promettant une "accélération de la production de la PlayStation 5" dès cette année, le président de Sony Interactive Entertainment, Jim Ryan, a dit jeudi vouloir "stimuler la croissance" du groupe dans les jeux vidéo grâce aux jeux pour PC et mobiles.

"Nous n'avons pas été présents d'une manière significative" dans ces domaines, a reconnu M. Ryan lors d'une présentation en ligne, disant voir dans ces supports "l'opportunité d'évoluer d'une présence dans un segment très étroit du marché du jeu vers une présence totale".

Sony veut ainsi que les titres PC et mobile représentent près de la moitié de ses sorties de jeux développés en interne d'ici 2025/26, contre moins d'un tiers actuellement.

Tablant sur de lucratives séries vidéoludiques comme "God of War", sorti sur PC en janvier, le groupe escompte des ventes PC à hauteur de 300 millions de dollars en 2022/23, quasiment quadruplées sur un an, et voit "un avenir où de larges éléments de notre communauté s'étendent au-delà des consoles".

Pour diversifier son offre sur tous les supports, Sony veut aussi accroître sa présence dans les jeux en ligne dits "live services", qui cherchent à stimuler à long terme l'intérêt - et le portefeuille - des joueurs en s'enrichissant régulièrement de contenus supplémentaires.

Il s'appuie notamment sur l'expertise dans ce domaine de l'éditeur de jeu américain Bungie (créateur des franchises "Halo" et "Destiny"), dont il a annoncé en janvier le rachat pour 3,6 milliards de dollars.

"Nous sommes loin d'en avoir fini avec notre politique" d'acquisitions de studios, a assuré M. Ryan, alors que Sony et son rival américain Microsoft multiplie les annonces de rachats.

Interrogé par ailleurs sur les ambitions de Sony dans l'univers virtuel du métavers, annoncé comme le prochain âge d'internet, M. Ryan a souligné que "personne ne sait à quoi il ressemblera dans l'avenir". "Je ne crois pas que (le métavers) va se substituer directement aux manières existantes de jouer", a-t-il estimé.