Au cours de cette année marquée par le confinement et le couvre-feu, les jeux vidéo ont connu un vrai succès. Voici les titres qui nous ont marqués.

THE LAST OF US PART. II

Le jeu de l'année, tous genres confondus. Le premier épisode narrait les aventures de Joël, un père accablé par la mort de sa fille, et Ellie, une jeune ado immunisée contre une pandémie qui ravage les Etats-Unis. Dans cette suite, le cordyceps, le champignon qui infecte la majeure partie de la population, est toujours présent. La violence ronge beaucoup plus les rapports humains que seule une idylle ou quelques instants de poésie viennent apaiser. On a rarement atteint un tel degré de maturité dans les échanges entre les personnages, les liens qui les unissent ou le déroulement d'un scénario ponctué de moments forts, tragiques, mélancoliques et abordant des thématiques contemporaines.
Sur PS4

ASSASSIN'S CREED VALHALLA 

Sorti sur presque toutes les plateformes, c'est quasiment le plus beau jeu du moment. Pour Ubisoft, son créateur, le succès est fulgurant: "Valhalla" a écoulé plus d’exemplaires en première semaine de vente que n’importe quel autre jeu de la série sur la même période. On y vit l’épopée d’Eivor, un guerrier viking légendaire (ou une guerrière, au choix), chassé de Norvège par des guerres sans fin au IXème siècle après J.-C. On aime certains panoramas éblouissants et la richesse du titre, plus conséquente que prévue.
Sur PC, PS4, PS5, Stadia, One, Xbox Series X/S

DEMON'S SOULS REMAKE

Remis au goût du jour après être sorti sur PS3 en 2010, ce jeu nous plonge dans l'univers sombre de Boletaria, où plusieurs démons ont été libérés. Notre héros se met en tête de les combattre, ce qu'il fait sous une forme spectrale après avoir très vite connu la mort. Attention, Demon's Souls est un titre ultra exigeant comme la plupart des jeux issus du studio japonais From Software. C'est pour le moment la seule vraie exclusivité de la PS5 qui vaut le coup d'oeil. On aime le charisme des boss et leurs animations impressionnantes.
Sur PS5

GHOST OF TSUSHIMA

C'est l'une des dernières belles exclusivités de PS4, signée Sucker Punch, studio historique derrière les séries InFamous et Sly Cooper. On incarne Jin Sakai, l'un des derniers samouraïs de la fin du XIIIème siècle, qui compte résister seul à la conquête des îles de Tsushima par l'Empire mongol et son général Khotun Khan. Assez dépaysant, le titre s'appuie sur une direction artistique solide, offrant de splendides jeux de couleurs et de jolis panoramas. Dans ce Japon féodal en guerre, il est aussi captivant de voir notre héros se métamorphoser.
Sur PS4

SPIDER-MAN: MILES MORALES 

Pour les fans de l'univers Marvel. Ce jeu, qui bénéficie de la technologie du "ray-tracing" sur PS5, met en scène un second Spider-Man, Miles Morales, héros d'une réalité alternative dans les comics, dans laquelle Peter Parker a été tué. Ici, les deux cohabitent, l'un prenant le rôle de l'élève, l'autre, de maître pour protéger New York. Visuellement, c'est vraiment très beau et les moments clés sont particulièrement soignés. Le gameplay se veut assez classique, mais les nouveaux pouvoirs du héros apportent un peu de nouveauté à la série.
Sur PS4, PS5

ANIMAL CROSSING NEW HORIZONS

Il a été la star du premier confinement et reste un formidable anti-stress en ces temps toujours troublés. Ici, aucune frayeur, pas de combats ni de challenge ardu. Notre personnage est envoyé sur une île paradisiaque à laquelle il faut donner vie. On commence par construire notre tente, notre maison, notre village, on collecte de la matière première, on fabrique des outils, des objets de décoration, on jardine, on pêche, on accueille de nouveaux personnages, de nouveaux animaux, on sociabilise... C'est assez étonnant pour un jeu vidéo mais le titre parvient à nous reconnecter à des choses simples... de la vie réelle.
Sur Switch

FINAL FANTASY VII REMAKE

Premier jeu de la série à avoir gagné l'Europe en 1997, "FF7" a marqué toute une génération de joueurs qui découvraient le jeu de rôle japonais. Remis au goût du jour cette année, ce remake fait honneur à sa légende vidéoludique: si l'épisode d'origine brillait par ses cinématiques totalement bluffantes pour l'époque, ce nouveau cru éblouit à chaque instant, tant durant les phases de combat et d'exploration que lors des cinématiques, dignes de l'éditeur Square Enix. Les combats sont devenus plus dynamiques et certains personnages gagnent en épaisseur.
Sur PS4

ORI AND THE WILL OF THE WISPS

Notre petit bonbon de la sélection: suite de Ori and the Blind Forest, cette nouvelle aventure du petit esprit sylvestre blanc bénéficie d'un nouveau système de combat et s'appuie sur de nouveaux talents à débloquer. C'est surtout sur le plan visuel que le titre nous fait craquer: la direction artistique est toujours à tomber par terre comme la bande-son signée Gareth Coker, compositeur britannique récompensé à plusieurs reprises. Bien rythmé, le jeu met enfin en scène des affrontements face à des ennemis assez impressionnants.
Sur Switch, Xbox One, PC

HADES

C'est le jeu indé qui aura le plus fait parler de lui cette année. Derrière ce titre, on retrouve le studio américain Supergiant, qui s'est construit une bonne réputation dans le milieu à la faveur d'un style graphique particulier et de titres comme Transistor et Bastion salués par la critique. Dans Hades, on se retrouve dans la peau de Zagreus, le prince des enfers, qui tente de fuir le royaume des morts où les monstres pullulent. Là encore, la direction artistique fait la différence, tout comme la narration et le système d'amélioration du personnage, vraiment intéressant. 
Sur Switch, PC

FUSER

Terminons avec le choix le plus subjectif, pour les amoureux de musique délaissés depuis le déclin de Guitar Hero ou Rock Band notamment. Derrière ce jeu qui fait du joueur un DJ, on retrouve d'ailleurs le même studio américain Harmonix. Ce titre laisse une place beaucoup plus importante à la créativité et à l'improvisation. Le principe est de mixer quatre morceaux sur une platine virtuelle: jouer avec le tempo, les instruments ou savoir renouveler son set demande un certain entraînement, mais le jeu se veut assez accessible. Ce n'est pas visuellement qu'il fait la différence: on apprécie surtout de faire danser la foule alors que l'on a été privés de festival l'été dernier.
Sur PC, PS4, Switch et One