Il fait beau, il fait chaud, et les jeux vidéo se lisent plus qu'ils ne se jouent: voici notre sélection pour les geeks en claquettes, au bord de la mer.

L'INCROYABLE HISTOIRE DU CRÉATEUR DE TETRIS

Pendant plus de 30 ans, Tetris est resté le jeu vidéo le plus vendu au monde. Dépassé aujourd'hui par Minecraft, le jeu de puzzle sorti en 1984 a marqué toute une génération de gamers, a dépassé les frontières vidéoludiques pour s'inscrire dans la culture populaire et continue, aujourd'hui, de se décliner sur consoles ou sur mobiles.

Ce livre revient sur la genèse du projet Tetris, à l'époque où le jeu vidéo se limitait à des lignes de texte, notamment sur l'ordinateur russe "Elektronika 60". Rédigé un peu comme un thriller, le bouquin s'ouvre sur l'histoire d'Alexey Pajitnov et le contexte historique d'une Russie guidée par le communisme dictatorial. On voit comment ce programmeur, qui a vécu dans une ville de Moscou ennuyeuse où la liberté y était très limitée, se transforme en créateur de jeux pour s'amuser, et les réflexions qui l'animent au moment de créer l'un des plus grands classiques de l'histoire du jeu vidéo.

Les illustrations permettent de se rendre compte du chemin parcouru par Tetris, des premières lignes de texte jusqu'à sa consécration sur Game Boy, la conquête des marchés américain et japonais, les produits dérivés et les jeux vidéo qui se sont inspirés, depuis, de ses mécaniques simples et efficaces.
272 pages, 24,90€ (Pix'n Love Editions)

LA SAGA GTA Transgressions et visions de l'Amérique

Depuis le tout premier Grand Theft Auto, sorti en 1997 sur ordinateur puis sur PlayStation l'année suivante, la série suscite la polémique eu égard à la violence et aux personnages qu'il met en scène: comme chacun sait, dans "GTA", le joueur joue les gangsters, organise des braquages, se bat contre la police (et contre qui il veut, d'ailleurs) et trempe dans des affaires jamais très nettes.

Devenue culte dans le monde vidéoludique, la franchise est ici décryptée notamment à travers le prisme historique des Etats-Unis. Car si le jeu se veut si subversif, c'est aussi pour mieux dénoncer les travers de l'Amérique même s'il lui arrive, en même temps, d'en faire la promotion. Chose intéressante: tout un passage est consacré aux films de gangsters et à leur connexion avec GTA, aux reproches qu'on pouvait leur faire à l'époque et à ceux qu'on fait encore aujourd'hui à certains jeux vidéo de la même trempe.

Dénué d'illustrations (comme souvent avec cet éditeur), le bouquin passe en revue les cinq épisodes, en surfant continuellement sur leurs évolutions artistiques et leurs thématiques, questionnant également les joueurs sur leur propre rapport à la violence.
216 pages, 24,90€ (Third éditions)

LA LÉGENDE FINAL FANTASY VII

On change radicalement d'univers, mais on reste dans les plus grands succès du jeu vidéo: débarqué en Europe en 1997, Final Fantasy VII a été le premier épisode de la saga à quitter les rives du Japon. En 4 CD, le titre de Square Enix a totalement scotché les amateurs de jeux de rôle et séduits les curieux attirés par des cinématiques à couper le souffle pour l'époque: chacun découvrait-là ce qu'était un RPG japonais.

Ce livre rend hommage à cet épisode qui reste aujourd'hui encore le plus apprécié des joueurs, alors que neuf autres sont sortis depuis. Il explore l'univers en résumant tous les moments-clés de l'histoire et revient sur le défi qu'il a constitué pour ses concepteurs qui, pour la première fois, ont usé de la 3D pour tirer le meilleur de la PlayStation, alors que les précédents opus avaient tous été développés pour les consoles de Nintendo.

Certaines anecdotes parleront aux fans de la première heure, mais on a été particulièrement captivé par le chapitre concernant les mystères et les séquences finalement retirées du jeu. Le bouquin est d'autant plus d'actualité que Final Fantasy VII bénéficie, plus de 20 ans après l'épisode d'origine, d'un remake de très bonne qualité qui appelle plusieurs suites, lesquelles sortiront sur les consoles next-gen.
224 pages, 24,90€ (Third éditions)

LA BIBLE GAME BOY

Voici un bouquin parfait pour les collectionneurs et autres nostalgiques de l'époque de la Game Boy: outre sa couverture basée sur le design de la célèbre console portable de Nintendo, cette bible répertorie l'intégralité de ses jeux et ils sont nombreux: plus de 1.300! À raison de six fiches par page, et d'une douzaine de lignes par titre, les joueurs peuvent se replonger dans leurs souvenirs ou découvrir des pépites à côté desquels ils étaient passés durant toutes ces années.

Le premier quart du livre est néanmoins consacré à l'histoire de la console, qui a ringardisé les jeux électroniques dès 1989 avant de susciter la convoitise d'autres fabricants, désireux de lui voler la vedette en se lançant dans la course aux performances graphiques. On revit ses années de succès et de résistance, jusqu'à ce que son écran monochrome prennent des couleurs neuf ans plus tard et que la console devienne presqu'un objet de mode (photos à l'appui), un peu à l'image de ce que sont, aujourd'hui, nos téléphones portables.
322 pages, 34,90€ (Pix'n Love Editions)

LA SAGA RED DEAD Vengeance, honneur et rédemption

C'est un grand angle sur un autre monument du jeu vidéo que propose ce bouquin, dont le propos rappelle par moment celui dont on a parlé plus haut, concernant GTA. Et pour cause: les amateurs de jeux vidéo le savent, derrière Red Dead Redemption et Grand Theft Auto se trouve le même développeur américain, Rockstar Games, spécialiste du jeu en monde ouvert. Ici aussi, un parallèle est fait avec l'histoire de la violence aux Etats-Unis (et avec GTA d'ailleurs), ainsi qu'avec les plus grands films de western.

Spécialiste de cet univers, l'auteur explique comment les créateurs de la franchise ont sorti de terre un genre totalement délaissé par les autres développeurs de jeux vidéo et comment ils l'ont magnifié pour créer l'une des toutes meilleures sagas de notre époque. Très dense, le livre s'intéresse assez logiquement à l'esthétique narrative des jeux, louée à maintes reprises par les joueurs, parfois en piochant, parfois en racontant de manière plus linéaire les aventures des deux héros des deux épisodes, John Marston et Arthur Morgan.

Enfin, si Red Dead Redemption 1 et 2 ont véritablement lancé la série sur la voie du succès dès 2010, ces pages rappellent qu'elle est née avec Red Dead Revolver, jeu d'action que Rockstar Games avait repris alors qu'il avait commencé à être développé par un autre grand nom de l'industrie vidéoludique, Capcom...
320 pages, 29,90€ (Third éditions)